Créer un site internet

ECOLE - JEUNESSE

Ecole de Kergroës : un coût de 2.475.000 €

Jacques Le Doze (adjoint) a présenté le projet de restructuration de l'école de Kergroës, qui s'étalera sur trois ans ; une entrée unique sécurisée pour les deux écoles, une mutualisation des moyens et une amélioration de son fonctionnement. L'école pourra continuer à fonctionner normalement, puisque la première tranche de travaux concernera le pôle restauration qui sera bâti au Nord, en prolongement de l'école maternelle. L'actuelle cantine sera transformée ensuite en salles de cours et entre les deux, une salle d'activités de 140 m² sera édifiée. L'école maternelle actuelle restera et l'élémentaire recevra tout ce qui est périscolaire. Le coût global de l'opération est de 2.475.000 €.
source © Le Télégramme


Ecoles de Kergroës et du Bourg Kergroës s'est beaucoup battu cette année pour défendre son école. (Photo... 3 juillet 2015 Kergroës. L'école conservée et agrandie

C'est un grand pas qui a été franchi, mardi soir, à la mairie, concernant le devenir de l'école de Kergroës. En effet, le collectif a choisi l'option de garder l'école à Kergroës en améliorant la structure et en y ajoutant une extension. Le coût de cette opération est estimé à 3 M€.

Choix entre quatre scénarios

Lors d'une conférence de presse, hier après-midi, le maire, Marcel Le Pennec, a annoncé la décision du collectif composé d'élus, des directeurs des écoles de Kergroës et du Bourg, de parents d'élèves, d'un commerçant de Kergroës et du directeur des services techniques. « Mme Gauthier, du Groupe Serur, a exposé les conclusions de la première partie de son étude, à savoir la faisabilité et le coût de quatre scénarios différents : la construction d'un groupe scolaire de treize classes (coût estimé 5,50 M€) et d'une cuisine centrale (1,50 M€) à Porz-Moëlan regroupant les écoles de Kergroës et du bourg ; la construction de six nouvelles classes à Kergroës (4 M€) ; la rénovation des bâtiments existants (2 M€) ; ou l'amélioration et la restructuration du site avec une extension (3 M€). C'est la dernière solution qui a rapidement été retenue par le comité de pilotage. Il y a, bien sûr, le choix du coeur de laisser son école à Kergroës et aussi ma volonté de donner aux élèves les meilleures facilités pour leur apprentissage et aux éducateurs la meilleure fonctionnalité », indique le maire. Pour diminuer un peu le coût, on pourrait envisager la cession d'une partie du bâti le long de la rue Louis-Le Guennec.

Un budget limité

« Ce serait un gros investissement pour le budget de la commune, car je n'ai pas oublié que je me suis engagé à ne pas augmenter les taux des taxes foncières, ni à emprunter. Les emprunts réalisés par mon prédécesseur (dont 2 M€ début 2014) pèsent lourd. De toute façon, la cuisine centrale ne sera plus aux normes dans cinq à sept ans, il faudra en construire une au cours du prochain mandat. Nous avons demandé une étude pour éventuellement valoriser des espaces et obtenir une meilleure fonctionnalité de l'école du bourg ». Il convient de rappeler que le comité de pilotage est consultatif. Le bureau d'études va peaufiner le scénario retenu et le présenter en septembre. Il sera ensuite examiné et voté par la commission et le conseil municipal comme tout projet.

© Le Télégramme -



École de Kergroës. Le soulagement des parents d'élèves 

Les parents d'élèves de l'école de Kergroës étaient mobilisés, mardi, à Quimper.

18 avril : Les parents d'élèves de l'école de Kergroës ont exprimé leur soulagement et leur reconnaissance pour tous ceux qui les ont soutenus : « C'est avec soulagement que nous avons accueilli l'annonce du maintien de la classe pour la rentrée 2015-2016 », précisent-ils. « Une très forte mobilisation des parents d'élèves, amicalistes, commerçants, voisins..., soutenue par la municipalité, a permis que ce combat pour l'école soit opérant. Cette mobilisation massive a positionné Kergroës comme une école dynamique et forte en valeurs humaines et pédagogiques auprès de l'Inspection académique ». Et d'ajouter : « Il est maintenant regrettable que l'on mette les écoles dans des situations aussi ambiguës du fait d'un manque de moyen alloué par l'Éducation nationale. Beaucoup d'écoles sont en difficultés, le Département doit disposer de plus de moyens afin d'y maintenir un enseignement diversifié et de qualité ».© Le Télégramme 


15 avril - Écoles du Finistère. Toutes les ouvertures et les fermetures de postes : 

Les décisions de fermetures et d'ouvertures de classes dans le premier degré public ont été rendus publiques ce mercredi soir. Voici la situation dans les écoles du Finistère.

Pour notre secteur pas de fermeture à Kergroës à Moëlan ni à Saint Maudet à Clohars

Ouvertures : Classes bilingues Clohars-Carnoët. Saint-Maudet (1 ; 1erposte).

Fermetures : Moëlan-sur-MerBourg (1)


9 avril - École de Kergroës. Les enseignants retenus École de Kergroës.  Les enseignants retenus 

Les parents d'élèves de Kergroës ont voulu finir leur semaine d'occupation de l'école en retenant les six enseignants, hier soir. « Nous avons prévenu l'inspection académique. Nous sommes plus mobilisés aujourd'hui et 67 personnes sont inscrites pour manifester, mercredi, à Quimper. Nous avons le soutien du maire, il est passé ce matin et sera une nouvelle fois avec nous ». Leur leitmotiv : « Nous ne voulons pas perdre notre sixième classe et nous avons des arguments ». Vers 18 h, un rendez-vous était négocié avec l'inspection académique. Imprimer Télécharger Envoyer 

© Le Télégramme 11 avril 2015

Les parents retiennent les enseignantsCet après-midi, les parents d'élèves de l'école pubique de Kergroes à Moëlan-sur-Mer ont décidé de retenir les enseignants.

Les parents d'élèves ont décidé de retenir les enseignants pour protester contre le projet de fermeture d'une classe.Cet après-midi, les parents d'élèves de l'école publique de Kergroës à Moëlan-sur-Mer ont décidé de retenir les enseignants. Ils protestent contre le projet de fermeture d'une classe. 

"Nous vous informons que vous êtes consignés dans les locaux de l'école, jusqu'à nouvel ordre". C'est ce qu'ont annoncé les parents d'élèves de l'école de Kergroës, aux enseignants et directrice de l'établissement.

Un coup de poing sur la table, afin de montrer leur détermination aux services de la direction départementale de l'Éducation nationale. O.F. 11 avril 2015

Kergroës. L'occupation se poursuit

L'occupation de l'école de Kergroës s'est poursuivie, hier, toute la journée, et les parents seront encore présents, aujourd'hui. Mercredi, ils se rendront à Quimper pour manifester et ils seront à nouveau accompagnés du maire, Marcel Le Pennec. « Je les accompagnerai jusqu'au bout et un car sera à nouveau mis à leur disposition », précise-t-il. Les parents et sympathisants qui désirent s'inscrire pour le transport en car peuvent le faire sur le panneau prévu à cet effet, à l'entrée de l'école primaire. À l'école du bourg, les parents n'acceptent pas plus cette suppression de poste. Ils restent également mobilisés et ils se réunissaient, hier soir, pour prendre une décision sur la suite de leur action.

© Le Télégramme 10 avril 2015

Le Maire, Marcel Le Pennec, était présent avec la délégation de manifestants de Kergroës, parents, enseignants, et sympathisants.lls étaient une cinquantaine, parents, élus, enseignants, venus en bus ou en voitures particulières, de Kergroës, pour se rendre, mardi matin, devant les locaux de l'inspection académique. Manifestant contre le projet de nouvelle carte scolaire, qui doit être dévoilé, ils ont sorti banderoles et bidons, et ont donné de la voix pour se faire entendre. Ils protestaient contre la fermeture d'une classe à l'école de Kergroës, annoncée la semaine dernière par la direction départementale des services de l'Éducation nationale. source O.F.


Des parents d'élèves de Kergroës, lors de la manifestation.

Une forte délégation de parents d'élèves et enseignants de l'école de Kergroës et des parents d'élèves de l'école du bourg ont manifesté, mardi matin, à Quimper, lors du comité technique spécial départemental. « Nous étions environ 50 parents, venus soit par le car mis à notre disposition par la mairie ou par nos propres moyens », indiquait un parent d'élève délégué de Kergroës, mardi soir. Et, ils n'étaient pas les seuls de Moëlan puisqu'une délégation de parents du bourg les accompagnait ainsi que le maire, Marcel Le Pennec, car deux postes d'enseignants sont sur la sellette, l'un à l'école de Kergroës et le second au bourg. La carte scolaire, proposée par la directrice académique, a été rejetée par les syndicats. Une nouvelle proposition devrait être présentée aux syndicats le 15 avril. En attendant, les parents de Kergroës seront, ce matin, à l'école pour décider de la suite de leur action.

© Le Télégramme


 6 avril 2015 - L'occupation de l'école de Kergroës se poursuit - 

Après l'entretien à la direction départementale de services de l'éducation nationale, il a été décidé de poursuivre l'occupation de l'école de Kergoës.

Une classe de l'école de Kergroës (tout comme une autre, au bourg) est menacée de fermeture, depuis l'annonce faite mardi, par la direction académique.

Les parents d'élèves, ainsi que Marcel Le Pennec, le maire, et Jacques Le Doze, adjoint aux affaires scolaires, ont eu un entretien, vendredi après-midi, avec l'adjoint de la directrice départementale des services de l'Éducation nationale.

S'ils ont pu exposer leurs arguments justifiant la sauvegarde de cette classe, ils craignent de ne pas avoir de réponse mercredi.

En effet, c'est ce mardi 7 avril qu'une commission doit statuer sur le sort des classes menacées dans le Finistère. « S'ils n'arrivent pas à se mettre d'accord, une seconde commission sera mise en place, la semaine suivante. Nous pensons que ce sera le cas, et souhaitons donc rester mobilisés, afin de continuer à occuper l'école cette semaine encore », expliquent les parents d'élèves.

Une manifestation est organisée à Quimper, ce mardi matin.

Un bus est mis à la disposition des parents d'élèves des écoles de Kergroës et du bourg, rendez-vous à 8 h, à Kergroës. Il n'y aura pas classe ce jour-là à Kergroës, les enseignants seront en grève et présents à la manifestation.

La mairie a mis en place un service minimum d'accueil pour les enfants dont les parents n'ont pas d'autres possibilités de garde. Il n'y aura pas de cantine non plus.

 


4 avril - Écoles. Kergroës et Le Bourg se mobilisent À l'école du bourg, à l'heure de la sortie hier, parents et enfants demandaient...

Les parents d'élèves de l'école de Kergroës ont réagi très vivement à la menace d'une suppression de poste, en occupant l'école dès jeudi matin. Décision mardi pour Kergroës Hier, une délégation de parents, accompagnés du maire, Marcel Le Pennec, a été reçue par l'inspecteur adjoint académique à Quimper. Aucune réponse positive ne leur a été donnée. La décision sera prise mardi et devrait être annoncée mercredi. L'école a aussi reçu le soutien de Claude Jaffré, conseiller général.

À l'école du Bourg, qui a déjà perdu un poste en primaire l'an dernier, on refuse aussi cette suppression de poste en maternelle. Des parents ont occupé l'école hier après-midi.

Ils iront avec les parents de Kergroës et le maire, mardi matin à Quimper, afin de protester contre cette décision. Un bus a été affrété par la mairie.

Grève à Kergroës, mardi Mardi, il n'y aura pas de cours à l'école de Kergroës (les enseignants font grève), ni de service de restauration. La mairie met en place un service d'accueil pour les parents qui n'ont pas d'autre possibilité. © Le Télégramme -


 3 avril : Ecole de Kergroës :Un car pour se rendre à l'I.A. 

Le Maire a décidé d'affréter un car pour se rendre  devant l'Inspection Académique à Quimper ce mardi 7 avril au matin.

Moëlan-sur-Mer et Clohars-Carnoët. Les parents défendent leurs écoles

La carte scolaire touche les écoles de Kergroës à Moëlan et Saint-Maudet à Clohars. Les parents et le conseiller départemental Claude Jaffré, sont mobilisés depuis jeudi à Moëlan.Le conseiller départemental Claude Jaffré est passé à l'école de Kergroës, ce vendredi midi, pour apporter son soutien aux parents mobilisés et à l'équipe enseignante.

C’est peu après midi ce vendredi que les parents de l’école de Kergroës à Moëlan-sur-Mer, qui occupent actuellement l’établissement pour protester contre une éventuelle fermeture de classe, annoncée mardi par la direction académique des services de l’Education nationale, ont reçu la visite surprise de Claude Jaffré, nouvellement réélu conseiller départemental.

À Clohars cet après-midi

Les parents de l'école Saint-Maudet à Clohars-Carnoët seront mobilisés dès le milieu d'après-midi ce vendredi, pour s'opposer à une fermeture de classe dans leur école.

3 avril :Ecole de Kergroës : Mobilisation

Ecole en dangerHier matin, parents et élèves ont tenu à manifester leur mécontentement, suite...

 


Fermetures de classe à Moëlan-sur-Mer. Les parents occupent l'école

Les parents d’élèves de l’école de Kergroës se mobilisent pour éviter cette possible fermeture de classe annoncée mardi dernier, par la direction académique.

Deux fermetures de classes sont envisagées dans deux écoles de la commune. A Kergoës, les banderoles sont prêtes.

La nouvelle est tombée mardi. Deux fermetures de classe sont envisagées, dans deux écoles de la commune : l’une au bourg, l’autre à Kergroës. Une éventuelle carte scolaire, annoncée par la direction académique des services de l’Education nationale, qui a fait d’emblée réagir les parents d’élèves de l’école de Kergroës.

En 24 h, ceux-ci se sont mobilisés, et ont décidé d’occuper l’établissement, ce jeudi et vendredi, afin de protester contre cette possible fermeture. Un courrier a d’ores et déjà été envoyé à la direction académique, afin de solliciter un entretien. Entretien qu’ils ont obtenu, avec l’adjoint de la directrice académique en charge du premier degré, et qui aura lieu vendredi après-midi, à Quimper.

« Aujourd’hui, 130 élèves sont répartis sur six classes, de la maternelle au CM2. Si fermeture, il y a un risque de classe surchargée, dans, en plus, des locaux qui seraient inadaptés à cette configuration pédagogique », explique un parent élu. Solidaire avec parents et enseignants de l’école de Kergroës, Marcel Le Pennec, le maire, a lui aussi écrit à la direction académique, afin de manifester son désaccord quant à cette probable fermeture.

source O.F.

L'association des Parents d'élèves de l'école de kergroës lance un appel à la mobilisation pour les soutenir dans la défense de l'école, pour la non supression d'une classe, pour le maintien de l'école publique à Kergroës.

La présence du plus grand nombre
pour occuper les locaux ce jeudi et ce vendredi de 9h à 16h
il est nécessaire et important pour marquer la volonté de garder une école publique de proximité.

31 mars : Carte scolaire. Coupe claire en Finistère - Moëlan touché 

L'annonce de la fermeture d'un poste d'enseignant à l'école de Kergroës pour la rentrée de septembre n'est pas passée inaperçue. Dès hier matin, les parents étaient mobilisés pour défendre le poste qu'ils ont obtenu il y a cinq ans. « Les effectifs seront sensiblement les mêmes à la rentrée de septembre, nous ne comprenons et n'acceptons pas cette suppression de poste ». Un courrier a été adressé à l'académie. Des parents se sont relayés toute la journée d'hier pour occuper l'école sans perturber le travail des élèves et enseignants. Le maire, Marcel Le Pennec, est venu à leur rencontre en début de matinée. Il les a assurés de son soutien. L'occupation se poursuivra aujourd'hui et l'action sera renouvelée ou pas, en fonction de l'attitude de l'Éducation nationale.
© Le Télégramme 

Atelier ecoleVingt-deux postes supprimés dans les écoles maternelles et élémentaires du département !

A Moëlan il s'agit des écoles de Kergroës et du Bourg !

C'est la première mouture de la carte scolaire livrée hier soir, par l'inspection d'académie. Déjà, des remous sont perceptibles. Au lendemain du scrutin départemental, l'inspection académique vient de livrer une première mouture de la carte scolaire pour la rentrée 2015-2016. Il s'agit, pour l'instant, de documents préparatoires à la séance du conseil départemental de l'Éducation nationale, prévue mardi prochain. En tablant sur une perte sèche de 22 postes dans les écoles primaires et maternelles du département, l'inspection taille dans le vif et a déjà fait sortir du bois le syndicat Sud.

Dans un communiqué, il s'indigne et se dit « abasourdi par le nombre de postes supprimés : alors que le département doit rendre sept emplois, la directrice académique ferme 36 postes et en ouvre 14, soit une perte sèche de 22 postes. C'est une hécatombe qu'aucune donnée démographique ne justifie. Alors que l'École devait être la priorité du quinquennat Hollande, on aurait pu s'attendre, sur le terrain, à une amélioration des conditions d'enseignement. C'est le contraire que vont subir les 36 écoles qui verront une classe fermer.

L'enseignement bilingue se paye la part du lion des ouvertures, alors que de nombreuses écoles, au regard d'effectifs chargés, en auraient eu elles aussi bien besoin ».  

Les fermetures envisagées

Les fermetures d'un poste sont prévues à Brest (écoles Kérinou, Algésiras, Kérichen, Pilier-Rouge et Kerisbian), Douarnenez (école Victor-Hugo), Lesneven (école Prévert), Pont-de-Buis (école Park Gwenn), Rosporden (école rue Renan), Carhaix (école République), Lanvéoc (école Yves-Offret), Pleyber-Christ (école Jules-Ferry), Plomeur (école Louis-Courot), Plourin-lès-Morlaix (écoles Le Velery et Martin-Luther-King), Pont-l'Abbé (école Jules-Ferry), Saint-Martin-des-Champs (écoles Le Gouélou et Jules-Ferry), Scaër (école Joliot-Cury), Clohars-Carnoet (école Saint-Maudet), Guipavas (école Maurice-Herensal), Berrien (école Jean-Caer), Concarneau (école Le Rouz), Landéda (école Joseph-Signor), Loperhet (école Eric-Tabarly), Moëlan-sur-Mer (écoles du Bourg et Kergroës), Ploudaniel (école Jean-Monnet), Plougonvelin (école Roz-Avel), Plounéour-Ménez (école Jules-Ferry) Spézet (école du bourg) Poullaouen (école Jules-Ferry) et Lannilis (école du Bourg). Les fermetures d'un demi poste sont prévues à Plouyé (école du Bourg), Plouégat-Moysan (école Lucien-Prigent), Brest (école Les Hauts de Penfeld) et Saint-Evarzec (école Léonard-de-Vinci). Des ouvertures, au nombre de 14, sont également envisagées à Ergué-Gabéric (école Les petites-Feuilles), Sainte-Sève (école du Bourg), Saint-Ségal (école Julie-Daubié), Lennon (école du Bourg), Plouénan (école du Bourg), Ploumoguer (école Mouez Ar Mor), Bannalec (école Mona Ozouf), Briec (école Yves-de-Kerguelen), Pleyber-Christ (école Jules-Ferry), Le Relecq-Kerhuon (école Jules-Ferry), Lanmeur (école Les Quatre vents), Clohars-Carnoët (école Saint-Maudet), Loperhet (école Eric-Tabarly) et à Pluguffan (école Antoine-de-Saint-Exupéry). Il est à noter que certaines écoles, comme celle de Loperhet, sont à la fois touchées par une fermeture et une ouverture, car l'une ferme en élémentaire et l'autre ouvre en maternelle ou vice-versa.© Le Télégramme 


Des nouvelles encourageantes mais restons mobilisés   SAUVONS KERGROES
20 mars 2015 — Début mars, nous avons sollicité le maire afin d'avoir des informations sur les projets concernant le bourg de Kergroes. Il a accepté de nous recevoir le 11 mars. Lors de cette rencontre, il a confirmé que la commission d'appel d'offres se rassemblera le 23 mars pour choisir le bureau d'études qui réalisera "l'étude de programmation écoles de Kergroes, requalification". Le délai légal de réponse étant de 15 jours, le bureau d'études ne sera connu que début avril.

L'étude démarrera en mai avec retour des conclusions définitives courant septembre.
Il a confirmé que le cahier des charges n'était pas totalement défini et a proposé au collectif "sauvons kergroës" de participer au comité de pilotage dont la ère réunion a lieu le 8 avril.
Lors du conseil municipal du 18 mars, le maire a confirmé ses engagements et a déclaré à plusieurs reprises que Kergroës serait leur priorité d'investissement.
Nous allons donc participer à cette démarche et vous tiendrons au courant dans les plus brefs délais de la pertinence de cette collaboration et de la suite de nos actions.
Merci de votre confiance et de rester mobilisé à nos côtés...

signature : le collectif "sauvons kergroës"


06/03/2015 : École de Kergroës. Un collectif a été créé

Depuis les annonces faites par le maire sur le maintien ou non d'une école à Kergroës, un collectif « Sauvons Kergroës » s'est formé en vue de se mobiliser pour défendre la vie sociale et économique de ce bourg. Plusieurs commissions Constitué de parents, élus, délégués de l'Éducation nationale, représentants de l'association des parents d'élèves, de l'Amicale laïque et de commerçants, ce collectif s'est organisé en plusieurs commissions. La première est chargée de coordonner les actions, la seconde de travailler sur la question du développement économique et de la vie sociale à Kergroës, la troisième sur la question éducative et pédagogique liée à l'école, et enfin une commission pour la communication. « Des actions collectives ont eu lieu ; il y avait près de 200 personnes sur le parvis de la mairie lors du premier rendez-vous de ce collectif avec le maire. Le collectif était présent aux voeux du maire. Des tracts ont été envoyés à l'ensemble des parents et distribués sur le secteur de Kergroës. Une pétition est en ligne (qui a déjà recueilli près de 700 signatures) et à la disposition de chacun chez les commerçants », précisent les responsables du collectif. « L'objectif de cette organisation et de ces actions est bien de sensibiliser et de mobiliser l'ensemble des citoyens à l'aberration d'envisager la fermeture de l'école à Kergroës, et aussi d'être prêts à participer aux travaux dans le cadre de la prochaine étude, travaux auxquels le maire s'est engagé à nous associer pleinement », concluent les responsables du collectif.
© Le Télégramme 


20 janvier 2015 - École de Kergroës. Soutien des délégués départementaux de l'Éducation nationale 

Les DDEN (Délégués départementaux de l'Éducation nationale) de Clohars-Moëlan, en séance samedi, et soucieux de préserver la qualité de l'enseignement, prennent position pour le maintien de l'école de Kergroës. Ils sont solidaires des parents, des enseignants, de l'Amicale laïque et resteront attentifs au suivi de ce dossier.© Le Télégramme -
 
24 janvier 2015 - École de Kergroës. Soutien du PCF 
La section locale du Parti communiste français a, dans une lettre ouverte adressée à la présidente des parents d'élèves de l'école de Kergroës, apporté son soutien dans sa démarche de maintien de l'école à Kergroës : « Nous défendons l'école de la république laïque et de proximité. Nous préférons des petites unités afin de permettre aux enseignants de mieux exercer leur métier... À l'heure où l'État réduit de manière drastique les dotations aux collectivités territoriales plongeant des municipalités dans des situations financières difficiles, nous ne pouvons mettre en concurrence la finance et l'éducation des enfants ». « L'allusion faite par le maire d'organiser une consultation populaire ne peut trouver pour nous un écho favorable car cela pourrait réactiver le débat entre l'école privée publique et risquerait d'occulter le maintien de l'école communale à Kergroës ». Le groupe poursuit que la ruralité est une richesse, commerces, espaces de sports et de culture sont indissociables du maintien de l'école à Kergroës et du développement du bourg de Kergroës.© Le Télégramme 
 
Réaction de R. Dubues
 
Rémy Dubues, ancien maire, réagit concernant l'école de Kergroës dans une lettre ouverte adressée au maire Marcel Le Pennec. « Tempête au village de Kergroës, dans les hameaux qui s'y rattachent et même au bourg, c'est-à-dire tempête dans les têtes, secouées par une surprenante nouvelle : la municipalité envisage la possibilité de supprimer l'école en transférant les élèves au bourg pour un grand groupe scolaire. Personnellement, directeur pendant 25 ans (avec des effectifs variant entre 80 et 320 élèves), j'ai pu observer que plus les effectifs sont élevés, plus les tensions sont vives, moins les enfants travaillent dans la sérénité, pourtant indispensable à la qualité de l'enseignement et de l'éducation. Actuellement, la taille de cette école permet une bonne répartition pédagogique et une relation confiante et précieuse entre parents-enfants-enseignants. Tous apprécient son sérieux... Ancien maire, j'ajoute que : disparition de l'école = disparition de la vie économique et réciproquement. Avec son école, ses acteurs économiques, ses habitants, Kergroës veut vivre et garder son âme au sein de l'ensemble moëlanais. Ainsi, Monsieur le maire, je me permets de m'adresser personnellement à vous. N'y voyez aucune charge politique ou personnelle, mais mon voeu de la pérennité de l'école. Quand des municipalités se battent pour garder leur école de village, Moëlan envisagerait de supprimer celle de Kergroës à effectif satisfaisant ? Qui a imaginé ce projet ? Dans quelle perspective ?... »

Le Télégramme 7 janvier 2014
Ouest france ecole de kergroessource ouest-france
Kergroës. Les parents associés à la réflexion (source Le Télégramme - 5 janvier 2015)
Les familles rassemblées à l'extérieur de la mairie, samedi.Les familles rassemblées à l'extérieur de la mairie, samedi. L'annonce d'une étude sur le devenir de l'école de Kergroës, en réunion publique, début décembre, a engendré un gros émoi. Les parents d'élèves, les commerçants et habitants de Kergroës ont demandé une audience au maire. La réunion s'est tenue, samedi matin, à la mairie (lire Le Télégramme d'hier). Une délégation de neuf personnes ; Donatienne Vandeuven (présidente APE) ; Didier Gouyec, Estelle Bertrand, Véronique Forlivesi (représentants les parents) ; Marie Le Page (Amicale laïque) ; Christine Le Maout (DDEN) ; Isabelle Rose (directrice de l'école) et M. Le Scoarnec et Éric Escoffier (commerçants) ont rencontré le maire, Marcel Le Pennec, et ses adjoints, Jacques Le Doze (éducation), Serge Bourgois (finances), Alain Joliff (économie) et Stanley Seillier (sécurité). Après avoir constaté l'état de délabrement de l'école, le nouveau maire a promis une école neuve pour Kergroës. L'été dernier, la mairie a dû intervenir en urgence pour faire effectuer des travaux de renforcement des fondations de l'école du bourg (coût 70.000 €). Hormis, l'école de Kermoulin, agrandie et rénovée, les bâtiments des écoles publiques doivent être rénovés ou remplacés. Crainte pour l'activité commerciale La municipalité a alors annoncé qu'une étude sera envisagée lors du prochain débat d'orientation budgétaire afin de chiffrer le coût d'une rénovation de l'école de Kergroës, d'une structure neuve à Kergroës et d'une structure neuve au bourg (qui engloberait les deux écoles), avant de prendre toute décision. Kergroës craint de perdre son école avec pour conséquence une perte de son activité commerciale, et lors de la réunion, près de 200 personnes se trouvaient sur le parvis. À la sortie de la réunion, la délégation, a déclaré que : « L'enquête publique est maintenue. Nous allons être associés à la rédaction du cahier des charges. Nous restons vigilants. Nous avons des familles qui sont venues s'installer à Kergroës à proximité de l'école, aujourd'hui, elles sont dépitées, c'est l'incompréhension ». « Il n'y a absolument rien de décidé » Du côté de la municipalité, on assure que « contrairement à ce qui a été dit, il n'y a absolument rien de décidé. Un cabinet avait déjà fait une étude (demandée par la municipalité précédente), mais elle est insuffisante, nous voulons qu'elle soit approfondie. Cette étude devrait aboutir en juin 2015. Nous voulons trouver la meilleure solution et nous sommes d'accord pour que les représentants de Kergroës y participent ».
 

Des parents, commerçants, habitants de Kergroës se sont réunis pour garder...Kergroës. Près de 200 personnes mobilisées

L'école de Kergroës compte 136 élèves. Au cours de ces dernières années, elle a connu une progression de ses effectifs contrairement aux deux autres écoles Kermoulin et le Bourg. Mais voilà, les bâtiments du primaire sont à bout de souffle et la maternelle manque de place. Des bâtiments à rénover Arrivé à la mairie, en avril dernier, le maire, Marcel Le Pennec, a constaté l'état de délabrement et promis une école neuve pour Kergroës. L'été dernier, la mairie a dû intervenir en urgence pour faire effectuer des travaux de renforcement de fondations à l'école du bourg (coût 70.000 €). Hormis, l'école de Kermoulin, agrandie et rénovée, les bâtiments des écoles publiques doivent être rénovés ou remplacés. L'annonce du maire de demander une étude afin de chiffrer le coût d'une rénovation de l'école de Kergroës, d'une structure neuve à Kergroës et d'une structure neuve au bourg (qui engloberait les deux écoles), avant de prendre toute décision, a alarmé les parents d'élèves de Kergroës, tout comme les commerçants et habitants qui craignent que ce second bourg de Moëlan perde sa vitalité. Une délégation de parents reçue Hier matin, le maire et ses adjoints ont reçu une délégation de parents d'élèves, de commerçants et la directrice de l'établissement. Pendant ce temps, à l'extérieur près de 200 personnes étaient réunies. À la sortie de la réunion, la délégation, composée de neuf personnes, a déclaré que « L'enquête publique est maintenue. Nous allons être associés à la rédaction du cahier des charges. Nous restons vigilants ».

Des parents craignent la fermeture de leur école

Près de 200 personnes, parents et enfants, se sont réunies ce matin devant la mairie de Moëlan-sur-Mer (29), pendant qu'une délégation était reçue par le premier magistrat, Marcel Le Pennec. Leur école, située à Kergroës, est en mauvais état, et les parents craignent que la municipalité choisisse finalement la fermeture et un regroupement de cette école avec celle du bourg. Ils préféreraient une rénovation ou la construction d'un autre bâtiment à Kergroës. Le maire ce matin a promis de les associer à la réflexion.

© Le Télégramme - 4 janvier 2015

3 janvier 2015 - ECOLES ....en danger Ecole en danger

Près de 200 se sont retrouvées ce matin, devant la mairie, pour manifester leur opposition à un éventuel regroupement des écoles du Bourg et de Kergroës. En conseil municipal, le 8 décembre, le maire, qui a reçu une délégation de l'école de Kergroës aujourd’hui, a annoncé publiquement que rien n’était décidé et qu’il avait commandé une étude concernant cette école. Il a aussi déclaré que toutes les options seraient considérées dans les diverses commissions concernées, et ce, en toute transparence et en collaboration avec les élus minoritaires, dont acte.

Nous attendons donc la mise en place du calendrier à venir et participerons aux réflexions et travaux en restant fidèles à notre attachement au Service Public de proximité et aux valeurs de la Laïcité.

Dsc 0015

 

8 décembre 2014 - Suite à l'article paru dans la presse concernant le possible regroupement de l'école de kergroës avec celle du bourg, notre élu, Pascal Bourc'his, nous informe : -"Lors de la commission urbanisme du 27 novembre dernier, les élus de l'opposition ont fait part de leur souhait de voir mise en place une véritable concertation et un travail en commun sur le sujet de l'école  de Kergroës. Il a été fait état de "bruits" concernant un regroupement des écoles du Bourg et de Kergroës. Interrogée, l'Adjointe, Marcelle Le Gall, a fait état de ce qu'aucune décision n'avait été prise à sa connaissance mais qu'elle allait interroger le Maire, Marcel le Pennec. L'opposition a précisé qu'elle espérait bien que la réunion du 4/12 concernant le quartier de Kergroës ne serait pas le moment d'une annonce n'ayant fait l'objet d'aucune discussion ... Le Télégramme d'aujourd'hui publie un article dans lequel est évoqué cette question du regroupement des écoles du Bourg et Kergroës, ainsi qu'un éventuel référendum populaire ... sujets dont nous n'avons officiellement pas discuté au sein des instances municipales. Comble de l'ironie, une motion demandant le maintien de l'école à Kergroës a été soumise au vote, a recueilli les 4 voix de l'opposition et 2 de la majorité !!!!! Les décisions votées en commission sont sensées êtres adoptées lors du vote en conseil Municipal ... Cherchez l'erreur ! Nous soulèverons la question lors des questions diverses mercredi."

lire l'article du Télégramme dans le dossier : ECOLE - JEUNESSE ainsi que dans le compte-rendu sur les réunions de quartiers dans Infos d'Ici

Calendrier scolaire 2015-2016

Le calendrier scolaire pour les années 2015-2016 a été fixé par deux arrêtés publiés au Journal officiel du 17 avril 2015.

Calendrier scolaire 2015-2016

  Zone A    
Rentrée des élèves Mardi 1er septembre    
Vacances de Toussaint Du samedi 17 octobre au lundi 2 novembre    
Vacances de Noël Du samedi 19 décembre au lundi 4 janvier    
Vacances d’hiver Du samedi 13 au lundi 29 février    
Vacances de printemps Du samedi 9 au lundi 25 avril    
Ascension Jeudi 5 mai, vendredi 6 mai et samedi 7 mai    
Vacances d’été Mardi 5 juillet    

Collège : la réforme annoncée pour la rentrée 2016

Ecole de Kergroes - Ecole du Bourg

 
 
La façade de l'école de Kergroës.La façade de l'école de Kergroës.  À Kergroës ou au bourg ?  Le maire, Marcel Le Pennec l'a annoncé jeudi soir, lors de la réunion du pôle de Kergroës à laquelle assistait une bonne délégation de parents d'élèves et amicalistes de Kergroës. La municipalité est préoccupée par le devenir des écoles, hormis Kermoulin rénovée, moyennant 1,20 M€. Les écoles de Kergroës et du bourg sont en mauvais état, leurs rénovations et mises aux normes amènent le maire à poser la question « Quel serait le meilleur choix pour nos jeunes ? Le fait de regrouper les écoles permettrait-il des économies ? Dès février, nous allons demander une étude portant sur la rénovation de l'école de Kergroës (complète ou partielle), une construction neuve à Kergroës (et ou) au bourg (parc Ar C'Hoat) en y regroupant l'école du bourg ». Jacques Le Doze, (adjoint aux affaires scolaires, a rappelé les effectifs : en 1990, 445 enfants étaient scolarisés à Moëlan, de la maternelle au primaire ; en 2014, ils sont 387 écoliers et les prévisions à deux ans ne sont pas à la hausse. Aujourd'hui, les établissements comptent : 141 élèves à l'école du bourg ; 136 à Kergroës ; 111 à Kermoulin et 99 à l'Immaculée-Conception. Les parents sont hostiles à un regroupement au bourg : « C'est une école dynamique, de qualité... Ce n'est pas à Kergroës qu'il y a eu perte des effectifs, bien au contraire ! Que vont devenir commerces et tourisme à Kergroës s'il n'y a plus d'école ? Vous y avez promis en juillet dernier une école neuve ! » Un référendum proposé « Mon cheminement se construit pas à pas », répond le maire, « le cabinet aura pour mission d'interroger tous les acteurs directs et indirects de l'école. Quand l'étude sera réalisée, nous allons nous rencontrer, en discuter si le projet de regroupement à parc Ar C'Hoat s'avérait plus judicieux, il y aura une consultation populaire pour savoir ce que les Moëlanais désirent ». Les parents ne sont pas très favorables à ce référendum et pensent « qu'il risque de diviser les Moëlanais ». Le maire rajoute « qu'un rapport de la Safi, réalisé il y a plusieurs années, préconisait le regroupement des trois écoles, elle ne comprenait pas ces trois sites dispersés ».

© Le Télégramme - 8 décembre 2014

Suite à l'article paru dans la presse concernant le possible regroupement de l'école de kergroës avec celle du bourg, notre élu, Pascal Bourc'his, nous informe : -"Lors de la commission urbanisme du 27 novembre dernier, les élus de l'opposition ont fait part de leur souhait de voir mise en place une véritable concertation et un travail en commun sur le sujet de l'école  de Kergroës. Il a été fait état de "bruits" concernant un regroupement des écoles du Bourg et de Kergroës. Interrogée, l'Adjointe, Marcelle Le Gall, a fait état de ce qu'aucune décision n'avait été prise à sa connaissance mais qu'elle allait interroger le Maire, Marcel le Pennec. L'opposition a précisé qu'elle espérait bien que la réunion du 4/12 concernant le quartier de Kergroës ne serait pas le moment d'une annonce n'ayant fait l'objet d'aucune discussion ... Le Télégramme d'aujourd'hui publie un article dans lequel est évoqué cette question du regroupement des écoles du Bourg et Kergroës, ainsi qu'un éventuel référendum populaire ... sujets dont nous n'avons officiellement pas discuté au sein des instances municipales. Comble de l'ironie, une motion demandant le maintien de l'école à Kergroës a été soumise au vote, a recueilli les 4 voix de l'opposition et 2 de la majorité !!!!! Les décisions votées en commission sont sensées êtres adoptées lors du vote en conseil Municipal ... Cherchez l'erreur ! Nous soulèverons la question lors des questions diverses mercredi."
 

Conseil municipal des jeunes : appel à candidatures

La municipalité a sollicité le renouvellement du conseil municipal des jeunes. Une seconde équipe sera donc formée après l'élection de quinze jeunes par les élèves des classes de CM2, 6e, 5e ou 4e, scolarisés ou résidents à Moëlan. Les élections se dérouleront dans les écoles entre le 9 et le 13 décembre. Des réunions d'information ont d'ores et déjà été organisées dans les établissements scolaires de la commune en octobre et en novembre.

Les jeunes intéressés pour siéger au sein du conseil municipal jeunes sont invités à déposer leur candidature en mairie avant le 1er décembre (inscription sur coupon-réponse), et à se faire connaître de leurs camarades en rédigeant une affichette, indiquant leurs idées et motivations.

Les écoliers étaient en représentation à l'Ehpad

« Le lièvre et la tortue », « Le corbeau et le renard »... Des fables que les résidents connaissent bien, et qu'ils ont eu plaisir à écouter.« Le lièvre et la tortue », « Le corbeau et le renard »... Des fables que les résidents connaissent bien, et qu'ils ont eu plaisir à écouter.  

Les élèves de 6e C du collège Parc-ar-C'hoat se sont rendus, jeudi après-midi, à la maison de retraite Tal-ar-Mor. Accompagnés de leur proviseure, Catherine Pichon, et de leur professeure de français, Christine Meur, ils ont récité aux résidents quelques fables de Jean de La Fontaine. Un moment de partage, initialement prévu lors de la Semaine bleue, mais que les jeunes élèves n'avaient pas pu assurer puisqu'ils étaient en classe de mer. La mise en scène, avec costumes, a beaucoup plu aux anciens.

Ouest-France numérique

Scolarité

Le redoublement doit être « exceptionnel »

Publié le 20.11.2014 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

Écoles primaires, collèges ou encore lycées : le redoublement aura un caractère « exceptionnel » à partir de la rentrée scolaire 2015. C’est ce qu’indique un décret publié au Journal officiel du jeudi 20 novembre 2014.

Le redoublement pourra en effet être décidé « pour pallier une période importante de rupture des apprentissages scolaires ». Cette décision impliquera également la mise en place d’un accompagnement spécifique des élèves concernés.

Ce décret qui fait suite à l’article 37 de la loi du 8 juillet 2013 portant sur la refondation de l’école ne supprime pas le redoublement mais prévoit, par contre, de le limiter à des situations très spécifiques.

Extraits :-" Publics concernés : les élèves des écoles primaires, des collèges et des lycées publics et privés sous contrat de l'éducation nationale et des établissements de l'enseignement agricole publics et privés sous contrat.
Objet : modifications des dispositions du code de l'éducation relatives à l'évaluation des acquis et à l'accompagnement pédagogique des élèves, aux dispositifs d'aide et au redoublement.
Entrée en vigueur : le présent décret entre en vigueur le lendemain de sa publication pour les dispositions de son article 1er et, à partir de la rentrée scolaire 2015, pour ce qui concerne les dispositions de ses autres articles.
Notice : pour tirer les conséquences de la loi n° 2013-595 du 8 juillet 2013 d'orientation et de programmation pour la refondation de l'école de la République qui a posé le principe d'une école qui ne stigmatise pas les difficultés mais accompagne tous les élèves dans leur parcours scolaire, le présent décret modifie le code de l'éducation pour prévoir que, quels que soient leurs besoins, tous les élèves sont accompagnés pédagogiquement tout au long de leur parcours scolaire. Il affirme les objectifs du suivi et de l'évaluation des acquis des élèves, définit, clarifie ou précise les dispositifs d'accompagnement spécifique. Il souligne enfin le caractère exceptionnel du redoublement et en précise les modalités de mise en œuvre avec notamment la nécessité d'un accompagnement spécifique des élèves concernés.
Références : le code de l'éducation modifié par le présent décret peut être consulté, dans sa version issue de cette modification, sur le site Légifrance (http://www.legifrance.gouv.fr).
Le Premier ministre "

Le communiqué des parents d'élèves de KergroësImg015 1

Les parents élus de l'école de Kergroës ont du mal à tenir un discours rassurant aux familles, de par les engagements non tenus et les calendriers non respectés.École de Kergroës : les parents élus mécontents 

Ouest-France 10 novembre : Dans un communiqué, les parents d'élèves élus de Kergroës expliquent leur agacement et leur lassitude face aux changements de discours de la municipalité : « La réforme des rythmes scolaires est en place depuis septembre. Si elle est loin d'être résolue, la question des locaux a trouvé des réponses ponctuelles. La question du contenu des temps d'activité périscolaires (Tap) a été aussi remise en question : si les Tap sont intéressants en élémentaire, le goûter proposé aux enfants de maternelle est à revoir de façon urgente. L'organisation de ces temps pose question : est-ce normal que les animateurs ne connaissent pas le lieu de leur intervention ? Que leurs projets pédagogiques prévus pour sept semaines soient raccourcis à trois semaines, sans aucune information ? Depuis le début de la réforme, nous avons sollicité la municipalité pour qu'un référent soit positionné par école : peine perdue sous l'ancienne et l'actuelle municipalité ! Le propos n'est pas de critiquer par principe, mais bien de travailler en concertation avec la municipalité, pour un partenariat constructif. Nous nous sommes mobilisés par le passé et ne nous interdisons aucun type d'action dans les semaines à venir. »

Rythmes scolaires 
Reconduction du fonds d’amorçage pour l’année scolaire 2014/2015
Conformément aux engagements pris par le Gouvernement, les textes publiés le 21 octobre dernier reconduisent pour l’année scolaire 2014-2015 les modalités de calcul et de versement des aides du fonds d’amorçage…

Un projet pour l’école, c’est un projet pour la société.

BILLETS D'HUMEUR

Pour nos enfants, nous voulons le meilleur : NOUS VOULONS L’ÉGALITÉ !

Ecole en dangerUn projet pour l’école, c’est un projet pour la société. Nous voulons combattre les inégalités, en finir avec la concurrence généralisée et construire des réponses collectives aux défis de l’avenir. Nous voulons l’école de l’égalité !
Le savoir est un pouvoir. Maîtriser des connaissances complexes, c’est ce qui permet de maîtriser son travail, d’être un citoyen actif dans la démocratie, bref, de ne pas subir et de choisir sa vie. L’école n’a pas à faire le tri entre ceux qui auront ce pouvoir et les autres. Au contraire, elle doit donner à tous les moyens de s’approprier des savoirs complexes. Il est temps d’en finir avec l’école de la sélection. Est-ce bien une affaire de « mérite », si ce sont toujours les mêmes qui accèdent aux plus grandes écoles et qui, par la suite, accaparent le pouvoir dans la société ?
Non ! C’est simplement le signe qu’il faut changer l’école, pour qu’elle cesse de reproduire et d’aggraver les inégalités.
Tous les enfants sont capables d’apprendre. On dit que certains enfants ne sont pas faits pour l’école…
mais c’est l’école qu’il faut changer pour qu’elle fasse réussir tous les enfants : nous voulons l’école de l’égalité !
Nous voulons du temps pour apprendre :
le droit à la scolarité dès 2 ans pour toutes les familles qui le souhaitent, le rétablissement des heures d’école supprimées par la droite, une scolarité obligatoire prolongée de 3 à 18 ans.
Nous voulons une réforme des programmes, pour construire une culture commune ambitieuse pour tous. Il faut en finir avec les objectifs différenciés selon les élèves : les programmes pour les uns, le socle pour les autres. L’école doit enseigner tout ce qui est nécessaire pour réussir à l’école, sans se reposer sur les familles, le soutien scolaire ou les cours privés.
Nous voulons des personnels qualifiés et maîtrisant leur métier.
Il y en a assez des enseignants non remplacés, des infirmeries fermées, du manque de personnel qui fait de l’accueil des élèves handicapés un parcours du combattant… Les enseignants doivent avoir le temps de se former, avant d’entrer dans le métier et tout au long de leur carrière. Pour tous les personnels de l’éducation, il faut en finir avec la précarité, recruter pour répondre aux besoins et favoriser la stabilité des équipes.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 
LES RYTHMES SCOLAIRES : UN PROBLÈME NATIONAL !
La droite avait supprimé une demi-journée d’école aux élèves : voilà qui ne risquait pas d’aider l’école à réduire les inégalités. Et maintenant, le gouvernement socialiste impose aux collectivités locales de prendre en charge cette demi-journée ! Selon où ils vivent, les enfants auront droit à des activités de qualité ou à une simple garderie, à des loisirs gratuits ou payants… 
L’État doit rendre aux enfants les heures d’école qui leur ont été volées. Il doit également inscrire la réforme dans un cadre national et garantir la gratuité des activités périscolaires proposées. Il doit garantir le statut et la formation des animateurs. 
À partir des réalisations des communes, construisons un grand service public national du loisir éducatif : pour des activités de qualités, gratuites, pour tous et partout.
4 MESURES URGENTES POUR L’ÉCOLE DE L’ÉGALITÉ.
L’État doit garantir la gratuité de l’éducation pour tous.
Y compris au lycée et dans les filières professionnelles et technologiques, où le matériel est parfois très coûteux. Les fonds sociaux des établissements doivent être revalorisés pour faire face aux besoins, les bourses multipliées, les transports scolaires organisés et gratuits. 
Dans les quartiers, dans les villages, un même droit à l’éducation.
La concurrence règne entre les établissements et entre les familles. La course au « bon » lycée, à la « bonne » filière, à la « bonne » classe ne profite à personne. Il faut rétablir une carte scolaire et reconstruire un service public national, assurant le droit à l’éducation pour tous, sur tout le territoire.
Des personnels qualifiés partout, pour tous. La réussite de l’école passe par la formation et la stabilité des équipes éducatives. Il faut d’urgence créer des postes et redonner aux jeunes l'envie d’entrer dans les métiers de l'enseignement, en revalorisant les salaires, en améliorant les conditions de travail, et donnant une véritable formation initiale et continue.
Pour une même formation, une qualification commune. 
Dès maintenant, l’État doit garantir qu’une même formation débouche sur une même qualification. Cela passe par le renforcement des diplômes nationaux et la reconnaissance de toutes les années d’étude dans les conventions collectives.
Tout cela nécessite des moyens. Dépenser pour l’éducation, c’est investir dans l’avenir !
Il faut en finir avec l’austérité et développer tous les services publics, pour construire une société où la mise en commun et le partage remplaceront la guerre de tous contre tous. Ensemble, nous pouvons le réaliser.

Ajouter un commentaire
 

Date de dernière mise à jour : 18/01/2018

×