Créer un site internet

Courriers

Courrier des associations de pêcheurs-plaisanciers du Belon, de Brigneau et de Merrien

Algoculture : Lettre ouverte de l'APPUBelon, APBrigneau, APPMerrien (asso pêcheurs-plaisanciers)

Ci après vous trouverez la lettre ouverte, que les trois associations de pêcheurs plaisanciers des trois ports moëlanais, ont fait parvenir aux différents ministères concernés, au député de la circonscription, aux préfets, au président du conseil général, au président de la Cocopaq, au Maire de Moëlan et à la presse (liste en fin de page)

Moëlan le 20 novembre 2014

 

Association des Pêcheurs-plaisanciers et Usagers du Bélon

Chez Patrick, Kergroës, 29350 Moëlan.

Association des Plaisanciers de Brigneau

56 Lieu-dit Brigneau, 29350 Moëlan.

Association des Pêcheurs-Plaisanciers de Merrien

Kersaux, 29350 Moëlan                                           

Objet : Lettre ouverte afin d’alerter sur les impacts négatifs des concessions de cultures d’algues et de coquillages autorisées par Monsieur le Préfet du Finistère à Moëlan sur Mer.

Madame, Monsieur.

Nous avons l’honneur de solliciter votre attention sur le projet de cultures d’algues et de coquillages à Moëlan sur Mer. Monsieur le Préfet du Finistère a validé le 22 octobre quatre arrêtés délivrant à deux sociétés privées des concessions de 225Ha au plus près des ports situés dans les rias de Brigneau et Merrien, pour une durée de 15 ans, renouvelable sur simple demande.

Ce projet a été instruit sans aucune consultation de la population Moëlanaise. Les citoyens, les associations ont été laissés dans l’ignorance jusqu’à l’ouverture d’une enquête publique, publiée en catimini en période de vacances hivernales. Aujourd’hui la municipalité s’oppose au projet.

Certes, le Décret n° 2009-1349 (modifiant le décret n° 83-228 du 22 mars 1983) fixant le régime de l'autorisation des exploitations de cultures marines induit une procédure qui n’accorde aucune place à la concertation démocratique.

Pourtant, aucun projet de ce type n’a eu jusqu’à présent une telle ampleur et n’a présenté une telle gêne.

Monsieur le Préfet  a répondu par le strict respect de cette procédure et de fait a délibérément ignoré les avis et recommandations qui émanent de diverses instances qui préconisent d’intégrer en amont de tout projet, l’ensemble des acteurs socio-économiques concernés (La Charte des espaces côtiers bretons Direction générale des services, Mission Mer, novembre 2007, réf : Jean-Yves Le Drian – Le  rapport interministériel : Expertise du projet de filière d’algoculture alimentaire en Bretagne, juillet 2012 :  pour ne citer qu’eux).

Toutefois, comment accepter un projet aussi hasardeux,bien quesubventionné par des fonds publics français et européens, pour lequel les promoteurs ne savent toujours pas aujourd’hui où ils vont débarquer leurs algues, comment ils vont les traiter et à qui ils vont les vendre.

Des essais voisins sur une zone de surface réduite se sont soldés cette année par un échec, du fait notamment des tempêtes hivernales or la zone autorisée par l’administration pour ce projet est, de l’avis de tous, la plus exposée aux vents et marées.

Les débarquements de tonnes d’algues, nous le savons à présent, se feront sur nos côtes jusqu’en en période estivale dans des lieux touristiques.

Dans le cadre du développement économique d’une filière « cultures marines ». La région (programme breizh-alg) rappelle que nous importons la plus grande partie de nos besoins en algues, toutefois la variété qui sera produite ici l’est pour l’exportation (?) contrairement aux recommandations du rapport précité.

Notons encore l’absence totale d’études, celle de l’état initial et celles d’impacts, tant environnementaux concernant les rejets des huitres et des moules à moins d’un kilomètre du littoral, qu’économiques. La bande littorale est un lieu très convoité et utilisé par plusieurs activités qui toutes représentent une socio-économie qui profite à notre département.

La multiplication à l’avenir de telles zones de cultures, interdites à la navigation et à la pêche, ne peut que dégrader l’activité de la pêche côtière déjà en difficulté. Noter à cet égard, que les pêcheurs professionnels Moëlanais ont publiquement fait part de leur ferme opposition au projet.

La navigation de plaisance est très présente sur notre littoral entre Lorient et les Glénan. De tels champs de cultures d’algues vont présenter un réel danger, qui conduira les plaisanciers à s’éloigner plus au large, désertant nos côtes et nos ports.

La pêche de plaisance et les activités de loisir nautiques marines et sous marines sont les plus pénalisées par ce projet. La « procédure » ne leur accorde aucune place. Elles sont ignorées voire méprisées. Toutefois, elles représentent une activité socio-économique primordiale dans l’attractivité touristique de notre département.

Le conseil général (Nautisme en Finistère) met en avant le potentiel de cette filière qui représente 722 emplois dans les centres nautiques et les écoles de surf et près de 120 dans les ports. Il en souligne la fragilité. Alors pourquoi précipiter le risque de perdre une économie dotée d’emplois qualifiés à plein temps sur nos ports ?

Nous sommes conscients de l'impératif de ne pas laisser notre pointe bretonne en dehors d'un possible développement économique. Les associations d'usagers de la mer que nous représentons ne sont opposées ni aux études ni aux développements de l'algoculture, toutefois, cette décision ne peut que nuire aux trois autres activités socio-économiques précitées.

Dans le respect des règles démocratiques, au-delà de la stricte application de la « procédure », il était certainement possible d’assurer un juste partage de la mer et de ses ressources, respectueux pour la pérennité de chaque activité.

Nous souhaitons vous alerter sur l’impact que va engendrer aujourd’hui et demain de telles décisions. Nous souhaitons que l’on laisse le temps au Conseil Maritime de Façade d’élaborer ses schémas dans la cadre d’une politique publique de la mer et du littoral intégrée et que la  raison l'emporte au bénéfice de tous.

Vous remerciant de votre attention, nous vous prions d’agréer, Madame, Monsieur, nos très respectueuses salutations 

Pour l’APUB

Pour l’APB

Pour l’APPM

Le président

Le président

Le président

Jean-Pierre Grataloup

Pierre Legleye

André Audren

Copies :

Madame la Ministre de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie

Monsieur le Ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt

Monsieur le Préfet de la région Bretagne

Monsieur le Préfet Maritime de l’Atlantique

Monsieur le député Le Bris

Monsieur le Président du conseil Général du Finistère

Madame Nathalie Conan Conseillère Générale du Finistère

Monsieur le Président de la communauté de communes de Quimperlé

Monsieur le Maire de Moëlan sur Mer

Copie à la Presse locale

 

Dossier Algues notre courrier au Maire 5 sept 2014

Monsieur le Maire,
Nous nous sommes réunis ce matin pour évoquer divers sujets en cette
période de rentrée.
Nous souhaiterions savoir si le Préfet a pris une décision concernant le
projet de culture d'algues et de coquillages devant les côtes
moëlannaises, si vous en avez été informé, et donc si vous pouviez nous
faire part de ladite décision. Nous souhaitons également qu'un temps
soit réservé à ce sujet lors du prochain conseil municipal.
Dans l'attente de votre réponse, recevez Monsieur Le Pennec mes
cordiales salutations.
Pascal Bourc'his, MMCJYT.

copie courriel au Maire

M. le Maire,bonjour,
Suite à la parution d'un article dans le Télégramme le 15/08, nous nous posons un certain nombre de questions auxquelles vous pourrez peut-être répondre :
Le Préfet vous a t-il fait parvenir un courrier faisant état de modifications concernant les projets Algolesko et Bameyjo ?
Si oui, pourrions-nous en avoir connaissance ?
Si non, à propos de quel projet va-t-il, ou pas d'ailleurs,délivrer une autorisation ? L'avocat présent à la dernière réunion à l'Ellipse avait précisé que le projet, une fois déposé ne pouvait être modifié... Le Préfet en a-t-il le pouvoir ? Ou alors, est-ce qu'un nouveau projet a été déposé sans que cela ne soit ébruité ?
Dans l'attente de vos réponses, je vous prie de recevoir mes cordiales salutations.
Pascal Bourc'his

Rencontre avec les commerçants

Pascal Bourc'his                                                                                                           Le 18/03/2014

Moëlan, ma commune j'y tiens

Nous nous sommes rencontrés, le 14 mars et avons échangé sur l'avenir de Moëlan ainsi que de celui de ses commerces. Nous souhaitons confirmer par écrit un certain nombre de points.

La désertification du commerce sur la commune n'est pas le fait du hasard : l'implantation d'une grande surface en centre bourg a sa responsabilité, le manque de places de stationnement de proximité en est aussi une des raisons. La décrépitude de certains bâtiments donne une mauvaise image du bourg. Le manque d’intérêt des élus pour ce problème a contribué à sa désertification.

Nous avons pris l'engagement dans notre programme, d'étudier la possibilité du détournement des poids-lourds du centre bourg. Cela nécessitera l'intervention du Conseil Général et ne se fera pas du jour au lendemain. Il n’est pas question d’une ZA sur le tracé de cette déviation.

Nous pensons en outre que  les dangers seront accentués en centre bourg avec les nouvelles règles de circulation à venir.

Il est du devoir d'une municipalité de dynamiser sa ville en fléchant les commerces et autres bâtiments touristiques, culturels … ainsi qu’en prenant en charge une partie de son animation.

La zone bleue se justifie à certains endroits, à d'autres non. Dès lors qu'elle se justifie, elle doit être faire l’objet d’un contrôle d’application (PV).

Le carrefour central du bourg donne une très mauvaise image de la ville. Une première décision serait de prendre un arrêté de péril (risque de blessure, voire plus grave, de chute d'ardoises concernant certains bâtiments). Il faudrait ensuite entamer une négociation avec les propriétaires, pour pouvoir définir l’avenir de ces bâtiments mal entretenus. L’avenir du garage Pocher est aussi à envisager.

Le code régissant l’aspect des façades au Bourg devra être « rafraîchi » et simplifié.

L'ancienne école des sœurs de Kergroës est aujourd'hui une affaire de justice : il faut attendre le jugement.

Nous pensons que  Kergroës se développera dans les années à venir. Nous devons anticiper et prévoir comment cela doit s'effectuer, en accord avec la population.

La piste cyclable sur l’axe Moëlan- Kergroës devrait être mieux entretenue.

Si le ramassage des ordures nécessite une intervention auprès de la Cocopaq nous le ferons.

Nous pensons que l’obligation  imposant des poubelles enterrées dans le cahier des charges de tout nouveau lotissement est une bonne idée.

Si l'office de tourisme doit prendre plus en considération le local et être plus représentatif des commerçants locaux, nous interviendrons auprès du président Michel Rose.

La loi littoral est une bonne chose pour préserver notre patrimoine, mais elle mérite d'être adaptée : à Kerguillaouet, Moëlan, la loi littorale s’applique (restrictions). A Gare la forêt, Quimperlé, à 200m pas de restrictions. Autre sujet : la loi littoral ne reconnaît pas les notions de village (Kersolf, Kerdoualen, Kermen, St Thamec, Kerampellan …  et il existe donc des restrictions concernant des permis de construire dans cette zone.

Les fêtes patronales doivent s'inscrire dans un projet culturel et nous avons cette ambition de faire des spectateurs les nouveaux acteurs de la culture à Moëlan.

Le marché du mardi est un succès et nous ne souhaitons ni le déménager, ni le réduire, ni l'agrandir.

Celui de Kergroës mériterait de s’étendre l’été, mais se poserait alors un problème de parking pour les voitures. Le règlement du marché devrait effectivement être appliqué.

L’aménagement « handicapés », prévu par la Loi, des commerces et des installations municipales devra se faire en même temps, dans la concertation.

En espérant que ces réponses écrites vous satisfairont.   

Pascal Bourc’his.

Réponse APUB

Pascal Bourc'his Le 14/03/2014

« Moëlan ma commune j'y tiens »

Monsieur le Président,

Lors de notre rencontre du 10 février vous nous avez alertés sur la situation du port du Belon et vous avez souhaité nous interroger par mail sur neuf questions.

Les questions 1 et 2 font référence à des sujets qui font l’objet d'une procédure en justice. Nous nous conformerons à la Loi en espérant que le jugement donnera satisfaction aux plaidants.

Il existe actuellement des associations qui bénéficient de la mise à disposition gratuite de locaux, nous considérons qu'il ne peut pas y avoir deux poids deux mesures : ou tout le monde paye ou tout le monde bénéficie de la gratuité.

Nous vous confirmons que si nous étions élus, nous mettrions en place une structure fonctionnelle et participative, où toutes les composantes utilisatrices des 3 ports seraient représentées.

Nous souhaitons approfondir ce que vous appelez « état des structures et équipement côté RIEC ».

L'ensablement du Belon, au même titre que l'ensablement de la Laïta, est un problème qui ne peut être traité simplement à l'échelon communal et devra faire l’objet d’une discussion au niveau de la COCOPAQ, du CG, ceci pour diminuer les coûts d’une telle opération. Nous nous engageons à la mener.

Il existe un certain nombre de mouillages dans l'anse de Lanriot et nous n'avons nullement l'intention de les remettre en cause.

Nous nous sommes rendus sur le site de Kermeur Bihan où nous avons constaté que l'accès à la cale est possible pour les véhicules communaux ainsi que pour les pompiers. Il faut admettre qu'il est actuellement très mal entretenu par la municipalité.Il existe un jugement donnant raison aux riverains quant à la non accessibilité à des véhicules privés au chemin qui mène à la cale. Nous respecterons la Loi.

Ceci est un échange non exhaustif et nous vous invitons à nous faire part de vos suggestions.

Cordialement,

Pascal Bourc’his

moelanmacommunejytiens@laposte.net 

http://moelan-ma-commune-j-y-tiens.e-monsite.com/

PS : nous vous transmettons quelques coupures de presse concernant le port du Belon.

Alerte ondes notre réponse

Pascal Bourc’his Le 2/03/2014

Tête de liste

Moëlan ma commune j’y tiens

(29350 Moëlan/ Mer)

moelanmacommunejytiens@laposte.net

 Madame, Monsieur,

Nous avons pris connaissance de votre courrièl intitulé « Alerte ondes ». Notre liste se veut proche des concitoyens et est, à ce titre, soucieuse des sujets qui les préoccupent.

(cf notre site : http://moelan-ma-commune-j-y-tiens.e-monsite.com/ ).

Vous nous demandez d’abord de nous engager sur un certain nombre de points très techniques, qui nous intéressent , mais que nous ne maitrisons pas pleinement, pour ensuite nous inviter au dialogue … Il nous semble qu’un échange entre municipalité et associations doit avoir préalablement lieu avant que des engagements ne puissent être pris, de part et d’autre.

Au regard de l’importance qu’ont pris les nouvelles technologies dans la vie quotidienne et des sujets de santé y afférant, il nous semble important de donner toute sa place au débat, et ce, sans prendre d’engagements préalables qui fermeraient d’éventuelles portes.

 Nous restons à votre disposition.

Cordialement,

 Pascal Bourc’his Moëlan ma commune j’y tiens

De très nombreux messages de sympathie, un très bon accueil avec de beaux échanges : en voici un

salut ..........

un petit mot pour te dire que nous avons reçu votre feuille de route pour les élections

sobre, sans fioritures

le texte simple et surtout sans acrimonie vis à vis du maire sortant (d’ailleurs vous n’en parlez pas ) donc vous êtes visiblement tourné vers l’avenir

bref très chouette

cela nous a beaucoup plu 

nous faisons en sorte de venir à votre dernière réunion publique

bonnes fin de vacances

...................Superbe

Courrier RBBBM et notre réponse

CourrierCourrier

réponse RBBBM

A Mesdames et Messieurs de l’Association Rivières et Bocages Belon Brigneau Merrien Mairie de Riec sur Belon

 

Mesdames et Messieurs,

Nous vous remercions pour l’intérêt que vous portez à cette campagne électorale et pour ces quelques questions que vous nous avez soumises.

En un premier temps, nous vous invitons à visiter notre site internet – rubrique « développement durable », où vous trouverez réponse à la plupart de vos questions. Nos objectifs y sont clairement décrits, quant à la préservation des milieux naturels, la qualité de l'eau, l'agriculture, les ENR, la phytoépuration, la gestion publique de l'eau, le schéma de déplacement interzones en liaisons douces et le tourisme durable.

En ce qui concerne les ordures ménagères, nous n'avons pas arrêté de position.

La méthanisation est un sujet complexe auquel nous ne pouvons répondre simplement par pour ou contre : l'opportunité de recourir à cette technique dépend de plusieurs facteurs.

Globalement, pour concevoir tout projet, après avoir défini nos objectifs (cf. notre site Internet), nous procéderons à des diagnostics, réalisés avec le concours des associations : nous établirons des « diagnostics partagés ».

Il en est déjà ainsi avec l'Agenda 21 qui doit être réévalué tous les ans et que nous revisiterons, avec l'ensemble des acteurs, associations engagés, professionnels, population…

Ces associations interviendront dès la conception, seront aussi des auxiliaires précieux dans les phases de réalisation des projets ainsi que dans l'animation du territoire et dans la promotion de ces projets auprès de la population.

Nous espérons avoir ainsi répondu à vos questions, attentes, et restons disponibles pour tout autre échange.

Bien cordialement

 

La Liste de gauche « Moëlan, ma commune j'y tiens »

Tête de liste Pascal Bourc’his

 

Hélène Couliou

Courrier

 

Courrier 1
Ajouter un commentaire
 

Date de dernière mise à jour : 18/01/2018