Créer un site internet

SPORTS

Extrait de notre programme sur un 4 pages

Le SPORT pour TOUTES et TOUS doit être favorisé.

Possibilité de tarif en fonction du quotient familial, ticket sport, CCAS…Permettre de lutter contre les discriminations : aider les clubs qui développent des sections féminines, favoriser l’accueil des seniors, des personnes handicapées et particulièrement les plus jeunes, pour permettre une pratique sportive dans un maximum de disciplines.
Permettre l’accès aux installations en augmentant l’amplitude des horaires, aménager la commune en différents lieux pour faciliter la pratique spontanée de l’activité physique. Mettre en place une "école" multisports, impliquer les jeunes dans l’encadrement et la vie associative.
Totale transparence des subventions octroyées aux clubs, avec une gestion par l’office municipal des sports (OMS) dont les compétences seront élargies... Rénover et optimiser les équipements.
Créer les conditions d'une pratique de qualité de l'éducation physique et du sport scolaire en utilisant au mieux les compétences de l'éducatrice sportive.

 

DEFINIR et METTRE EN OEUVRE une POLITIQUE PROGRESSISTE en matière de SPORT 

Projet sportif local :

> accès de toutes et tous au sport comme un droit élémentaire, qui se traduit par une intervention publique forte pour garantir ce droit

> budget qui accompagne le mouvement sportif dans son développement (accès gratuit, application quotient familial pour les usagers...)

> partenariat et concertation permanente avec la population et tous les acteurs du sport

 

LE SPORT est un BIEN PUBLIC justifiant une MISSION de SERVICE PUBLIC

 

DOSSIER :

Même si toutes les municipalités n'ont pas les moyens matériels et humains de développer et de faire vivre un club sportif pluridisciplinaire, chacune peut et devrait consacrer du temps et des moyens à favoriser la pratique du sport amateur et de l'exercice physique sur son territoire.

Les infrastructures sportives se trouvent à l'intersection de différents domaines de l'action municipale – politique scolaire, action jeunesse, loisirs - ce qui permet de relativiser la perception de leur coût. Par ailleurs, il s'agit là d'un domaine où des coopérations dynamiques peuvent être établies entre communes voisines, pour faciliter la réalisation d'infrastructures harmonieusement réparties sur un territoire plus vaste que celui d'une commune, dont l'accès serait mutualisé entre différents utilisateurs potentiels.

En effet, une fois réalisés, les équipements sportifs doivent être utilisés. Une difficulté avec la mutualisation des infrastructures est évidemment celle de l'accessibilité. Tous les utilisateurs potentiels ne bénéficient pas de moyens de transports adaptés pour se rendre au lieu d'implantation de la structure qu'ils souhaitent utiliser.

La création d'associations sportives se chargeant, avec l'aide de la ou des municipalités concernées, de la logistique de fréquentation et des formalités périphériques – comme par exemple l'assurance, le renouvellement et l'entretien du matériel, l'organisation d'évènements sportifs ou ludiques, l'encadrement des pratiques à risque … - pourrait être un objectif d'une municipalité, là où évidemment de telles associations n'existent pas déjà, qu'il faudrait alors peut-être renforcer ou mieux épauler.

Même en l'absence de mutualisation formelle, il est possible d'envisager la négociation de tarifs d'accès préférentiels pour les ressortissants de la commune auprès de structures implantées dans le voisinage – on peut penser notamment aux piscines, au tennis, à l'équitation, etc. La participation de la municipalité au frais d'accès à ces structures qu'elle ne peut ou ne souhaite pas implanter sur son propre territoire est parfaitement envisageable, dès lors qu'elle est ouverte au plus grand nombre (c'est-à-dire par exemple qu'elle n'est pas limitée à une discipline particulièrement élitiste) et demeure dans les limites d'un budget que l'on aura déterminé à l'avance (par exemple en % des dépenses de fonctionnement annuelles de la commune – la part du sport dans le budget de l'État, soit environ 1 pour mille ne pouvant servir que de repoussoir pour fixer un seuil communal...).

Pour mettre au point, encadrer, évaluer et améliorer la politique de la municipalité en matière sportive, il peut être là encore possible de décider de la création d'un Comité consultatif spécialisé, ou de décider de traiter ces questions dans le cadre plus général d'une autre instance, comme le Comité consultatif Jeunesse ou le Comité consultatif Loisirs.

Dans tous les cas, il est utile de faire en sorte que soient associés aux prises de décision importantes concernant le sport tous les acteurs concernés, y compris donc les enseignants, les animateurs jeunesse, les parents d'élèves, les enfants, mais aussi les clubs sportifs des alentours et les représentants des autres communes propriétaires d'infrastructures dont la municipalité souhaite favoriser l'usage par ses ressortissants.

 

Skatepark 0
Ajouter un commentaire
 

Date de dernière mise à jour : 28/04/2014

×