Créer un site internet

Vie de l'Association

Permanence Samedi 10 février 2018

Permanence du 10 fe vrier 2018

Dsc04109 0

         

 

Dernier conseil municipal sous influence (15 février sur le DOB)

Trois membres de notre groupe étaient présents hier soir (mercredi 23 mars)  lors du conseil municipal dont le thème était le budget. 

 Le Maire a lu la déclaration écrite de Pascal Bourc'his devant l'assemblée et la presse.

Voici le texte :

Incontestablement un climat délétère régnait lors du dernier conseil municipal (lire dans  Bulletin municipal 2014-2020 ) dont l’ordre du jour concernait le DOB.

Il n’est pas raisonnable de laisser s’instaurer une telle dérive tenant plus de la joute oratoire gratuite que du débat démocratique. Personne et surtout pas les citoyens n’ont à gagner au pourrissement du débat public. La violence verbale outrancière n'a jamais rien réglé. La bonne tenue d'un conseil municipal et le respect mutuel sont les clés d’une démocratie locale saine. En tant que représentant de l'opposition on se doit de prendre ses responsabilités et d’exercer ses critiques à condition que cela relève du bon sens et de l'intérêt général.

Après plusieurs mois de débat ouvert avec le COPIL, le sujet supposé consensuel de l'école de Kergroës a été le prétexte à de très longs échanges inutilement agressifs, insinuant ainsi de façon évasive le doute sur la conduite du projet. Il en a été de même  concernant l'assainissement du quartier de Merrien.

Il semblerait que pour certains, le rôle de l'opposition est avant tout de produire du « bruit » même si le sujet est pleinement consensuel.

Exister « politiquement » ne nécessite pas de prendre la parole à tort et à travers et surtout trop longuement, au risque de plonger le public dans un profond ennui et de provoquer le rejet du fait politique dont malheureusement certains se nourrissent.

En tant qu'élu de « MMCJT1 »,  je ne m'inscrirai pas dans cette démarche et continuerai de défendre les projets, d'où qu'ils viennent, tant qu'ils servent l'intérêt général.

Réunion Mardi 27 décembre à 15h à la M.L.C. moyenne salle

Rencontre avec le maire

Rencontre du jeudi 15 décembre 2016

Sans que cela soit devenu une habitude, nous avons rencontré le Maire de Moëlan accompagné de quelques-uns de ses adjoints

Nous avons abordé les thèmes importants, sans nous laisser prendre par des débats partisans, et en essayant  de  travailler sur des points techniques :

Eau du robinetPour l'assainissement, contrairement à ce que nous avions dit, la compétence ne sera transférée à la communauté de communes qu’en 2019. Suite à des conventions passées par l'ancienne majorité, les travaux doivent être entrepris en 2017 afin d’obtenir le meilleur niveau possible de subventions du département et de l'agence des eaux. Le projet de Merrien, d’après le Maire, n’empêchera pas  le raccordement d'autres quartiers Moëlanais, tel que Kerempellan ou autres. Des explications plus précises nous ont été données concernant le non-raccordement à Clohars et le non raccordement de Chef du bois à l'assainissement collectif. Une réunion publique sur le thème de l'assainissement aura lieu le 25 janvier.

En tous les cas, cette question de l’assainissement à Merrien ne devrait plus permettre à certains de surfer sur les effluents de façon à continuer d’exister politiquement.

Retrouvez le dossier dans : Assainissement

Concernant Brigneau, nous avons perçu une volonté plus marquée de  faire évoluer le dossier. La labellisation « Port d’Intérêt Patrimonial », accordée à Brigneau est rare et il sera important de la valoriser.

A Trénez, l’architecte aux Bâtiments de France refuse la restauration du bâtiment qui avait été incendié Plage de trenez lancien restaurant detruit par le feu et n’accorderait au mieux qu’une installation temporaire d’un Food Truck durant la saison.  Même si nous sommes en total accord avec la préservation et la défense du littoral, il nous semble que sur ce dossier, l’architecte des Bâtiments de France va bien au-delà de ses prérogatives et qu’il fait un peu rapidement table rase des réalités, des besoins et de l’histoire de Moëlan. Nous avons un littoral naturel et sauvage d’une grande étendue et par ailleurs très peu de plages. En comparaison des communes littorales voisines nous ne pensons pas que la restauration d’un bâti, déjà existant, nuirait à la qualité du site de Trénez. Nous persistons à penser qu'il est nécessaire de positionner de vrais commerces (et non de l'éphémère) pour valoriser cette plage. On peut, peut-être, regretter que la municipalité ne soit pas plus pugnace sur ce point. 

Les projets sur les friches agricoles avancent peu à peu, ainsi que les projets concernant les friches commerciales. L'économie étant devenue une compétence de Quimperlé Communauté, les projets sont en attente d'une prise de position communautaire. On voit encore ici, via ces exemples, les conséquences d’une politique de dessaisissement des compétences communales et donc d’éloignement des citoyens des centres de décision. Nous avons proposé, comme la Loi le permet, de taxer ces friches commerciales, mais là encore la compétence est passée à la communauté de communes et nous pouvons avoir des doutes quant à la volonté politique de mettre en œuvre ce type de taxation de la part des dirigeants de la communauté et même des responsables de la mairie de Quimperlé.

Le projet de lotissement mentoul se preciseA Mentoul, le projet d'habitat 29 a été vu par l’architecte des Bâtiments de France. Rappelons qu'il sera nécessaire de faire une étude des sols car la dépollution éventuelle sera un surcoût pour la commune.

Nous sommes revenus sur le manque de transparence et des délais trop courts de la remise des documents du conseil municipal. Le maire s'engage à faire mieux. La planification des conseils municipaux devrait être annoncée prochainement à la population jusqu'en mai prochain.


« Moëlan ma commune j'y tiens » rencontre le maire 20 janvier 2016

À la demande du groupe « Moëlan ma commune j'y tiens », une délégation conduite par Pascal Bourc'his a été reçue par le maire, Marcel Le Pennec, et quelques-uns de ses adjoints, mercredi 20 janvier, à la mairie.Pascal Bourc'his, au centre, et quelques membres du groupe « Moëlan ma commune j'y tiens ».

« Cette réunion informelle a permis à notre élu, seul représentant de notre liste au conseil, de faire le point sur la politique municipale et d'être plus à même de travailler les dossiers, dans l'intérêt des Moëlanais », expliquent les membres du groupe.

Plusieurs points ont été abordés lors de cette rencontre : l'avenir de Mentoul, le devenir de l'espace jeunes, le carrefour central du bourg, l'avenir de Kergroës, le projet d'algoculture, la ligne électrique tombée au sol à Kermen, la mise en valeur du jardin public, la préservation des orchidées sur les sentiers lors du trail côtier.

D'autres sujets font aussi partie de la réflexion du groupe, tels que Brigneau, l'avenir de Kermoulin, le nouveau Scot, ou l'organigramme des employés communaux.

« Cette rencontre se situe dans un contexte économique difficile, les réductions des dotations de l'État, les priorités fixées par la majorité municipale ne pourront se passer d'échanges lors du débat d'orientations budgétaires, sachant que les subventions des collectivités seront attribuées au compte-gouttes. Cet échange, nous souhaitons aussi l'avoir avec les Moëlanais, lors de nos permanences et lors de notre prochain repas citoyen du Premier mai ». source O.F. 28 janvier 2016

Groupe Bourc'his. Une réunion avec le maire 

Le groupe de Pascal Bourc'his s'est entretenu avec le maire et des adjoints,...À la demande du groupe d'opposition « Moëlan ma commune j'y tiens », une délégation, conduite par Pascal Bourc'his, a été reçue par le maire, Marcel Le Pennec, et des adjoints, mercredi soir, à la mairie. « Cette réunion informelle a permis à notre élu, seul représentant de notre liste au conseil, de faire le point sur la politique municipale et d'être plus à même de travailler les dossiers, dans l'intérêt des Moëlanais », expliquent Valérie Favril, Robert Garnier, Denis Sellin et Pascal Bourc'his. Plusieurs points ont été abordés lors de cette rencontre : l'avenir de Mentoul, le devenir de l'espace jeunes, le carrefour central du bourg, l'avenir de Kergroës, le projet d'algoculture, la ligne électrique tombée au sol à Kermen, la mise en valeur du jardin public, la préservation des orchidées sur les sentiers lors du trail côtier. D'autres sujets font aussi partie de la réflexion du groupe, tel que Brigneau, l'avenir de Kermoulin, le nouveau Schéma de cohérence territorial (Scot), et l'organigramme des employés communaux. « Cette rencontre se situe dans un contexte économique difficile, les réductions des dotations de l'État. Les priorités fixées par la majorité municipale ne pourront se passer d'échanges lors du débat d'orientation budgétaire, sachant que les subventions des collectivités seront attribuées au compte-gouttes. Cet échange, nous souhaitons aussi l'avoir avec les Moëlanais, lors de nos permanences et lors de notre prochain repas citoyen du 1er mai », souligne le groupe.
© Le Télégramme 25 janvier 2016

Mmcjti1Photo d'une douzaine de membres de l'Association avec entre-autres : Valérie Favril, présidente, Pascal Bour'his notre élu au conseil municipal, Willy Tytéca, secrétaire, Chantal Bouchaud trésorière

Notre Association MMCJTI1 s'est construite avec les membres de la liste présentés aux municipales, en vue de continuer le travail et de s'ouvrir aux moëlanais qui le souhaitent,  (2€ l'adhésion sur cooptation). lire nos statuts Association "Moëlan, Ma commune J'y Tiens"

Maintenant que nous sommes assurés, nous pouvons faire la demande d'une salle pour y organiser des réunions élargies. La recherche d'une assurance a été compliquée : toutes les asssurances refusent les associations politiques . Ce qui montre la difficulté pour des citoyens de former des groupes de réflexions et d'actions en dehors des cadres habituels (partis politiques, syndicats...) Comment militer dans ces conditions ?....Nous nous réunissons minimum tous les quinze jours et nous rencontrons les moëlanais, les acteurs de la vie de la commune et au-delà si besoin est.

Une nouvelle rencontre est prévue avec le maire le 15 décembre pour aborder , entre autres, les sujets suivants :

- Demande d'une salle pour notre association.

- Point sur le fonctionnement du Conseil municipal (les infos ne sont pas transmises, des votes sont proposés sans que les élus savent de quoi il s'agit, soient informés des dossiers, inquiétude sur certains domaines où nous avons l'impression d'un manque important (de compétences !) : le social, les affaires scolaires, les ports....

- Point sur les algues, les compteurs linky

- Point sur le port de Brigneau

- Point sur Mentoul et les logements

- Fermeture du centre de tri postal à Moëlan courant 2017

Pour 2017, nous prévoyons une Assemblée Générale en février. (date à fixer en fonction des disponibilités de salles)

Le 30 avril, notre repas traditionnel du 1er mai (fête des travailleurs).


Comptes-rendus dans la presse 

Ouest-France 8 décembre 2016 : 

Elle porte le même nom que la liste présente lors des dernières élections municipales et a été créée avec les membres de cette liste. L'association Moëlan, ma commune j'y tiens a vu le jour.

L'association a vu le jour en mai dernier et commence maintenant à fonctionner, suite à quelques tracas administratifs. « Les associations politiques ont du mal à trouver des assurances, cela a pris du temps avant de trouver une compagnie qui veuille bien nous assurer », explique Valérie Favril, la présidente.

Officiellement lancée, l'association va donc pouvoir démarrer. Composée d'une vingtaine d'adhérents, elle souhaite s'ouvrir aux Moëlanais. « Nous aimerions inciter les citoyens et les résidents secondaires à réfléchir sur des sujets touchant aux domaines économique, social, culturel, touristique, etc. »

Les mêmes valeurs sont partagées par tous les membres : valeurs républicaines et démocratiques, respect de la diversité des engagements de ses membres, combat pour la justice sociale et l'égalité, laïcité, etc. « L'adhésion à l'association se fait donc avec cooptation, car on veut défendre ces valeurs. »

Une rencontre entre les membres et le maire, Marcel Le Pennec, est programmée le 15 décembre. « Nous aborderons des sujets qui nous paraissent sensibles et importants : l'avenir de La Poste à Moëlan, les projets pour les ports de Brigneau et Merrien, Trénez, le prix de cession des terrains de Mentoul à Habitat 29, les friches agricoles et commerciales, les algues et les compteurs Linky. »

Le bureau a été élu : présidente, Valérie Favril ; trésorière, Chantal Bouchaud ; secrétaire, Willy Tytéca.

Contacts : moelan-ma-commune-j-y-tiens.e-monsite.com ; moelanmacommunejytiens@laposte.net.

Le Télégramme :

MMCJTI1 (« Moëlan ma commune j'y tiens ») est une association qui a pour but d'élaborer et de mettre en oeuvre une dynamique politique construite dans l'intérêt de tous les citoyens, sans mettre le profit au centre de l'action publique, d'inciter les citoyens de la commune à réfléchir sur des sujets touchant aux domaines économique, social, culturel, touristique, des services de proximité et de loisirs.
L'association existe depuis mai 2016. Elle compte, pour l'instant, 20 adhérents. Les adhésions se font avec cooptation.

Le bureau est composé de Valérie Favril, présidente ; Willy Titéca, secrétaire ; Chantal Bouchaud, trésorière. L'association a sollicité une rencontre avec le maire, qui a été fixée au jeudi 15. Elle revendique d'avoir un local pour pouvoir travailler.

Outre la présentation de l'association, elle compte évoquer le fonctionnement avec la majorité. Elle s'interroge sur l'avenir de La Poste à Moëlan, le prix de cession des terrains de Mentoul à Habitat 29, le devenir des friches agricoles et commerciales. Elle entend parler des projets pour les ports de Brigneau et Merrien ; Trénez et l'implantation d'un commerce ; des incivilités à l'Ellipse ; du dossier des algues ; des compteurs Linky et de la salle Anne-Follezou.
© Le Télégramme 5 décembre 2016

Notre rencontre avec Sébastien Miossec, Président de Quimperlé Communauté

C'est dans une ambiance de cour de récréation que le conseil municipal (voir le dossier Conseil municipal et Vie municipale ) s'est déroulé mercredi. Le maire actuel et le maire sortant préférant une joute sur leur inactivité respective (réelle ou supposée), leur choix du « au coup par coup » à un débat de fond sur les sujets tels que le carrefour central, le port de Brigneau, les ZAC… Tout cela « arbitré »  par M. Brochard abordant les questions du mécontentement des Moëlanais, de l'endettement ….

Pascal Bourc'his, notre élu, n'a pas pris part à ces querelles de potaches : Seul le fond des dossiers intéresse notre groupe et nous préférons aller chercher les informations là où elles se trouvent.

C'est pourquoi avant le conseil municipal, le groupe « Moëlan ma commune j'y tiens » était reçu par M. Miossec, président de Quimperlé Communauté. En effet, nous avions demandé un rendez-vous à M. Miossec pour aborder les sujets du port de Brigneau (et du fonds de concours qui se met en place), de l'algoculture, de la plate-forme de vente des produits locaux, des zones d'activités commerciales et de la Culture.

M. Miossec a pu alors nous expliquer les démarches effectuées par Quimperlé communauté dans ces différents domaines :

> Concernant Brigneau, l'idée émise par la municipalité d'utiliser le terrain de l’ancienne école de voile pour faire un lieu de carénage ne semble pas une bonne idée : accès, bruits vis à vis des gîtes d'étapes….

Sébastien Miossec, comme nous, parle de repenser Brigneau dans un cadre plus général.

Au niveau des ports, M. Miossec rappelle leur importance d'où la décision, après discussion avec la mairie de Moëlan, de mettre en place un fonds de concours : la décision sera prise avant la fin de l'année en fonction des projets ; Il rappelle le principe : 1€ engagé par la communauté pour 1€ engagé par la commune.

Pour Brigneau, il y a urgence : le principe étant inscrit, les dossiers en cours seront pris en compte.

Lors du Conseil municipal, la restauration du môle et de la cale de mise à l’eau de Brigneau  esti- mée à 250.240 € + 197.000 € HT a été votée (1 abstention). Le maire a sollicité le Conseil Régional au titre du projet « Héritages littoraux », pour 60.000 € et le sénateur Michel Canévet (réserve parlementaire) pour 15.000 €.

Nous avons évoqué le traitement des communes par Quimperlé Communauté, en particulier les communes du littoral. Sébastien Miossec rappelle que toutes les communes du littoral et des terres sont traitées en équité, même si chaque commune a toujours l'impression d'être délaissée.

> En ce qui concerne l'implantation de nouvelles entreprises, nous rediscutons des différentes ZAC, de leurs avantages et inconvénients. Il faut à chaque fois tenir compte du foncier, des finances, des décisions PLU et SCOT.

Il y a un double enjeu pour des communes comme Moëlan, maintenir le tissu artisanal local et attirer de nouveaux entrepreneurs.

Cette discussion nous amène à parler des friches existantes (Lidl et Intermarché) : le projet de plate- forme de transformation de produits locaux intéresse Quimperlé communauté,  mais celle-ci en étudie  la faisabilité. Apparemment, d'après les recherches effectuées, un tel projet ne serait viable que pour un bassin de population de 200 à 300.000 habitants. Ce qui est loin d'être la population de Quimperlé Communauté et encore moins de Moëlan.

Quimperlé Communauté, en lien avec la mairie de Moëlan, réfléchit à un projet plus global.

> Sur le sujet de l'algoculture, nous revenons ensemble rapidement sur l'historique de ce projet qui sera très certainement abandonné. Quimperlé Communauté reste cependant consciente de l'enjeu potentiel que représente  la mer, y compris notamment la culture d’algues. Là encore, une réflexion est en cours avec Moëlan pour un projet de récolte des algues sur Cohars et Moëlan.

> Pascal Bourc'his a posé la question de la vice-présidence non donnée à Moëlan, 2ème commune de Quimperlé Communauté. M. Miossec rappelle que seules 12 vice-présidences sont données et qu'il y a nécessairement des communes sans vice-présidence. De toute façon, les vice-présidents ne sont pas là pour défendre leur commune mais bien des dossiers dont ils sont en charge.

Le bureau communautaire, qui n'a qu'un pouvoir consultatif, est lui, constitué des maires de chaque commune qui peut alors exprimer son point de vue face aux dossiers portés par les vice-présidents.

> Nous avons abordé rapidement le Contrat Local de Santé et le réseau d'écoles de musique dans le cadre du rôle de Quimperlé Communauté.

Un autre rendez-vous est prévu le 13 juillet afin d'aborder le dossier ARDAGH, car M. Miossec n'avait pas le dossier avec lui et le temps imparti à notre rendez-vous ne nous laissait pas le temps d'approfondir.

Loi Travail : notre réflexion...suite

Code du travail meurtreLE VERROU DE LA BRANCHE SAUTE POUR LES HEURES SUPPLÉMENTAIRES

Le gouvernement renonce à une augmentation du temps de travail des apprentis mineurs à 10heures par jour et 40heures par semaine, au fractionnement du repos quotidien en cas de forfait en jours, et dit ne pas toucher aux durées quotidiennes et hebdomadaires de travail, ni aux systèmes d'astreintes.

Il pourrait toutefois jouer sur les mots et toucher, par exemple, aux moyennes de durée de travail sur plusieurs semaines… Mais surtout, il ne retire pas le grand changement en matière de temps de travail introduit par l'avant-projet de loi, à savoir la liberté pour un accord d'entreprise de fixer le niveau de majoration des heures supplémentaires, avec un plancher à 10 %, sans tenir compte de l'accord de branche. Le verrou de l'accord de branche saute bel et bien. 

Loi el komhri

LA FLEXIBILITÉ RESTE LE MAÎTRE-MOT 

La modulation du temps de travail par accord d'entreprise ou de branche est aujourd'hui possible sur une année. Les salariés sont aux 35heures non pas par semaine, mais en moyenne sur l'année.  Le texte prévoit d'élargir cette possibilité jusqu'à trois années, ce qui reporte l'éventuel paiement des heures supplémentaires à la fin de cette période de référence et constitue un facteur de fatigue important avec les variations de durée de travail. La nouvelle mouture encadre un peu cette possibilité en rendant necessaire un accord de branche pour étendre la modulation au-delà de l'année de l'année. Mais elle laisse inchangée la possibilité pour l'employeur de décider unilatéralement une modulation du temps de travail sur quatre mois, contre un mois aujourd'hui.

Loi travailLA SURVEILLANCE MÉDICALE DES SALARIÉS RÉDUITE À PEAU DE CHAGRIN

Pas de changement annoncé sur ce volet de la réforme qui n'a pas fait couler beaucoup d'encre alors qu'il précariserait les salariés qui ont des problèmes de santé, et ferait reculer la protection de tous les salariés face aux risques du travail. L'avant-projet de loi prévoit de réduire à peau de chagrin le suivi médical des salariés. Les visites médicales d'embauche et les visites périodiques seraient beaucoup plus espacées qu'aujourd'hui. Les salariés ayant des problèmes de santé seraient reconnus « inaptes » plus facilement qu'aujourd'hui et l'obligation de reclassement pesant sur l'employeur serait allégée.

LE RÉFÉRENDUM CONTRE LES SYNDICATS MIS EN PLACE PAR ÉTAPES

Democratie

Le gouvernement choisit la méthode des petits pas. Dans sa nouvelle mouture, il choisit de cantonner aux accords portants sur le temps de travail l'introduction du référendum pour neutraliser l'opposition de syndicats majoritaires, en attendant une généralisation du système. Aujourd'hui, un accord est valable s'il est signé par des syndicats représentant au moins 30 % des salariés, mais des syndicats recueillant plus de 50 % des voix peuvent faire jouer leur droit d'opposition contre l'accord. 

Avec le nouveau système, des syndicats à plus de 30 % pourront organiser un référendum pour rendre l'accord valable malgré l'opposition des syndicats majoritaires. Sous prétexte de démocratie, on casse le rempart que peuvent constituer les syndicats face au chantage à l'emploi utilisé par les employeurs pour obtenir des reculs sociaux.

Loi Travail : notre réflexion

LICENCIEMENT ECONOMIQUE : OBJECTIF MAINTENU !

Malgré toutes les rumeurs sur le sujet, le gouvernement a choisi de ne pas reculer. Les critères du licenciement économique seraient bien assouplis avec cette nouvelle mouture du projet.

Une baisse de commandes, du chiffre d'affaires ou des pertes d'exploitation pourraient justifier un tel licenciement, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui. Et pour une entreprise appartenant à un groupe, le périmètre d'appréciation des difficultés économiques serait limité au secteur d'activité du groupe en France, la bonne santé économique au niveau mondial ne serait pas prise en compte.

Le gouvernement annonce que «  des garanties seraient prévues par la loi pour prévenir et sanctionner la création artificielle de difficultés économiques ». Mais comment prétendre sanctionner les pratiques que le projet de loi encourage ?

Code

LES ACCORDS AVEC LES SALARIES MANDATES SERAIENT ELARGIS

La possibilité de mettre en place un système de forfait en jours, qui permet de mesurer la durée du travail à la journée et non à l'heure, sans passer par un accord pour les entreprises de moins de 50 salariés, serait supprimée dans la nouvelle mouture.

Mais le gouvernement annonce, sans précision, un élargissement des possibilités de signer un accord avec un salarié mandaté lorsqu'il n'y a pas de délégué syndical dans l'entreprise. Il faudra surveiller les modalités de cet élargissement car le mandatement est souvent le moyen de l'employeur de signer un accord avec un salarié qu'il a lui-même choisi. Et cet élargissement concernerait tous types d'accords, pas seulement ceux instaurant les forfaits en jours.

 

LE PLAFONNEMENT DES INDEMNITÉS TRANSFORMÉ EN BARÊME INDICATIF

Sur ce point, le gouvernement recule vraiment et renonce à plafonner le montant des dommages et intérêts pour licenciement abusif que des salariés peuvent toucher de leur employeur en saisissant les prud'hommes.

Mais il annonce qu'il accélérera l'entrée en vigueur d'un autre système, prévu par la loi Macron du 6 août dernier et qui doit faire l'objet d'un décret : un barème indicatif auquel les juges prud'homaux pourront se référer. Cette grille laisse les juges libres de procéder à une véritable estimation des préjudices subis par les salariés, mais elle les incitera tout de même à une certaine harmonisation, vraisemblablement vers le bas, des montants alloués.

Code du travail 4

DES ACCORDS POUR TRAVAILLER PLUS EN GAGNANT MOINS

Les accords « compétitivité emplois » imaginés par Nicolas Sarkozy, puis devenus « accords de maintien de l'emploi » dans la loi inspirée de l'ANI en 2013, seraient consacrés et leur nocivité étendue avec le projet de loi travail. N'importe quel accord d'entreprise prétendant « préserver ou développer l'emploi » s'imposerait au contrat de travail, dont il pourrait modifier la durée de travail (à la hausse) et le salaire (à la baisse). La « rémunération mensuelle » serait garantie mais un décret définirait les contours de cette garantie.

Les salariés refusant l'application de l'accord seraient licenciés sans pouvoir contester le motif, et ne bénéficieraient pas d'un plan de sauvegarde de l'emploi même s'ils sont plus de neuf salariés dans la « charrette ».

1er Mai 2016 Repas citoyen

Copie de dscn9720 Vous trouverez la vidéo de l'allocution de Pascal Bourc'his, élu, et de Valérie Favril en surlignant et copiant ce lien :

 http://www.dailymotion.com/video/x48e9np_1er-mai-2016-repas-citoyen_newsutm_source=notification&utm_medium=direct&utm_campaign=newvideoupload

C’est dans une ambiance très conviviale que la soixantaine de convives présente s’est retrouvée pour le traditionnel  repas citoyen du 1er mai. Tout d’abord avec le pot de la fraternité où les discussions allaient bon train vu l’actualité sociale nationale, mais aussi et surtout  l’actualité de la commune.  Notre élu Pascal Bourc’his de « Moëlan Ma Commune J’Y Tiens » a rappelé lors de  son élocution, l’importance de la diversité de ce  groupe de gauche, du travail effectué par une douzaine de membres de façon intense sur les dossiers communaux, des permanences tous les 15 jours, de la pertinence du site internet « MMCJTI1 », de souligner, car cela se sait peu, de voir aboutir des éléments de notre programme, comme les jardins ouvriers, l’aménagement du carrefour central et de faire vivre nos idées au service des Moëlanais. Il a remercié l’assemblée de son soutien, ainsi que la section du PCF de Moëlan. Valérie Favril a ensuite pris la parole pour affirmer nos valeurs de gauche, le coté social, la Laïcité qu’elle estime mises à mal par la municipalité actuellement car elle considère que l’aide apportée aux plus démunis se rapproche plus de la charité, que la loi est appliquée à la lettre dans certains domaines (incompatibilité de cumuler aide des restos du cœur et aide alimentaire), mais lorsque qu’il s’agit de donner de l’argent public à l’Ecole Privée, on va plus loin que la loi. Nous essayons donc d’être « veilleurs » de ce qui se passe, ou pas, et de le pointer, comme par exemple la gestion des associations, qui ont vu pour certaines, la baisse de leur subventions et de contester ces décisions. Puis sur ces paroles fortes très applaudies, les chanteurs à « cappella » ont agrémenté le repas comme Pierre avec Ferrat, Jean-Claude avec Brassens, Stéphane et des chants irlandais, Claire avec des chansons en breton et quelques Bretons d’origine ch’ti avec le p’tit quinquin.

Copie de dscn9730 Copie de dscn9726Copie de dscn9729  1er mai elocution  Copie de dscn9714 Copie de dscn9717 Copie de dscn9732 Dscn9719Copie de dscn9722 

AVANCEMENT DES TRAVAUX DU CARREFOUR CENTRAL

13 avril 2016 :

Maison centre bourg 13 avril 2016...


Voici une information de l'état de l’avancement des travaux avec quelques photos réalisées depuis l’intérieur de l’immeuble et de la cour : 

Travaux 1

Travaux 2

A partir du lundi 11 avril, 8 h du matin, le carrefour central sera fermé à la circulation, seul l’axe rue des plages vers la rue du Guilly restera ouvert.

Pendant la durée des travaux, la rue Sainte Mélaine sera mise à double sens de circulation entre la rue du Guilly et la rue des Moulins. L’entrée du parking du cinéma Le Kerfany sera modifiée et sera inversée avec la sortie actuelle.

La démolition de l’immeuble rue des Ecoles commence dès le 11 avril.

Nous vous remercions d’emprunter la déviation V.L.

A partir du lundi 11 avril, 8 h du matin, le carrefour central sera fermé à la circulation, seul l’axe rue des plages vers la rue du Guilly restera ouvert. Pendant la durée des travaux, la rue Sainte Mélaine sera mise à double sens de circulation entre la rue du Guilly et la rue des Moulins. L’entrée du parking du cinéma Le Kerfany sera modifiée et sera inversée avec la sortie actuelle. La démolition de l’immeuble rue des Ecoles commence dès le 11 avril. Nous vous remercions d’emprunter la déviation V.L.

Monopoly à Moëlan

                                              Monopoly dessin 2016 

La friche commerciale Lidl, située route de Quimperlé est devenue l’enjeu d’un bras de fer entre  les deux  enseignes de la grande distribution que sont Intermarché et Leclerc. Ces deux beaux fleurons bretons du capitalisme marchand, dévastateurs de l’agriculture, du petit commerce et de la consommation raisonnée et responsable, n’en finissent pas de s’étriller sur la dépouille locale d’un autre géant de la distribution low-cost d’outre-Rhin. L’un pour s’implanter, l’autre pour maintenir son petit monopole, tels sont les enjeux.   

Derrière tout cela, bien sûr, l’intérêt du consommateur moëlanais est le centre de leurs préoccupations, c’est bien évident ! Nous ne reviendrons pas sur la pathétique erreur de l’implantation en centre bourg de l’Intermarché et sur ses conséquences structurantes, ou plutôt « déstructurantes », pour la commune et le petit commerce, mais cela doit nous servir d’exemple pour ne pas laisser plus longtemps la main aux affairistes. C’est pourquoi nous pensons que la proposition du maire de Moëlan de racheter l’autre friche commerciale, celle d’Intermarché, rue des primevères, pour en faire un complexe destiné aux circuits courts, est une bonne idée. Implanter un marché réservé aux agriculteurs et producteurs locaux va dans le bon sens, d’y ajouter un projet de restaurant utilisant les produits locaux paraît aussi être une bonne chose, même si tout cela doit encore faire l’objet d’une étude de faisabilité. Quelle que soit l’étiquette de notre maire et dans un temps où il est parfois difficile de discerner la droite de certains qui se disent de « gauche », le mieux demeure de juger sur pièce, projet par projet.

Le modèle proposé par la grande distribution est mortifère pour les paysans mais aussi pour les consommateurs. Par sa recherche permanente d’accroissement des marges il pousse au productivisme et à l’abaissement de la qualité des produits surtout pour les populations les plus défavorisées.  Et si par ce genre de projet, nous arrivons à permettre modestement à quelques agriculteurs d’échapper à la pression de la grande distribution et partiellement au carcan de la politique de la commission européenne ainsi qu’à son affidé représenté par le gouvernement français, nous en serions très heureux.

Une petite dernière pour la route

 Transfert : le coût d’un poste à l’urbanisme, chargé du PLU entre autres, passe de 40 000 € à Moëlan à 80 000 € quand il est absorbé par la communauté d’agglo de Quimperlé, pour la même charge de travail. C’est ce qu’on appelle la réduction des coûts du millefeuille administratif !   MMCJTI1 - 24 février 2016


Notre tribune dans le bulletin municipal (version intégrale) - 4 février 2016

Au cours de l'année écoulée, nous avons continué à faire valoir nos idées, nos réflexions, avec toujours en tête le mieux- être des Moëlannais en général, et non celui d'intérêts particuliers.

Le groupe « Moëlan Ma Commune J'y Tiens » est dans l'opposition et fait valoir ses positions dans le respect de ses valeurs de gauche au service de la population et en tâchant d’être constructif.

Lors des vœux de la majorité, il nous a été présenté un certain nombre de projets qui, bien que  trop souvent limités par les restrictions budgétaires, peuvent ouvrir des perspectives intéressantes... Nous aurons le souci de développer des priorités et de les défendre lors du débat d'orientation budgétaire (Carrefour central, école de Kergroës, …).

L'année 2016 se présente dans un contexte économique caractérisé par l’austérité. Les communes en sont les premières affectées. Cela suppose une vigilance extrême de notre part concernant d'éventuels emprunts ou augmentations d'impôts.

Concernant le dossier algoculture, nous regrettons que notre proposition d'un référé pour « dangerosité à la navigation », suite à la dérive de balises, n'ait pas été entendue… Les risques demeurent.

Le changement de statut administratif de la communauté de communes, qui est devenue Communauté d'agglomération (« Quimperlé communauté ») ne peut que nous interroger : N'y a-t-il pas, en plus du risque  de voir dépossédés les communes et leurs élus de leurs prérogatives et pouvoirs (comme nous le craignons), une volonté de se rapprocher du pays de Lorient ? Voire la création d'une métropole ? Là encore, nous serons vigilants !

Le groupe « MMCJT1 » vous adresse ses meilleurs vœux pour l'année 2016 ! Bloavez Mad.

Afficher l'image d'origine 

Voeux

Le groupe " Moëlan ma commune j'ytiens" présente, à toutes les Moëlanaises et à tous les Moëlanais ainsi qu'à celles et ceux qui suivent l'actualité de notre belle commune, ses voeux les meilleurs pour cette année 2016

Afficher l'image d'origine

Au cours de l'année écoulée, nous avons continué à faire valoir nos idées, nos réflexions, avec toujours en tête le mieux- être des Moëlannais en général, et non celui d'intérêts particuliers.

Le groupe « Moëlan Ma Commune J'y Tiens » est dans l'opposition et fait valoir ses positions dans le respect de ses valeurs de gauche au service de la population et en tâchant d’être constructif.

Lors des vœux de la majorité, il nous a été présenté un certain nombre de projets qui, bien que  trop souvent limités par les restrictions budgétaires, peuvent ouvrir des perspectives intéressantes... Nous aurons le souci de développer des priorités et de les défendre lors du débat d'orientation budgétaire (Carrefour central, école de Kergroës, …).

L'année 2016 se présente dans un contexte économique caractérisé par l’austérité. Les communes en sont les premières affectées. Cela suppose une vigilance extrême de notre part concernant d'éventuels emprunts ou augmentations d'impôts.

Concernant le dossier algoculture, nous regrettons que notre proposition d'un référé pour « dangerosité à la navigation », suite à la dérive de balises, n'ait pas été entendue… Les risques demeurent.

Le changement de statut administratif de la communauté de communes, qui est devenue Communauté d'agglomération (« Quimperlé communauté ») ne peut que nous interroger : N'y a-t-il pas, en plus du risque  de voir dépossédés les communes et leurs élus de leurs prérogatives et pouvoirs (comme nous le craignons), une volonté de se rapprocher du pays de Lorient ? Voire la création d'une métropole ? Là encore, nous serons vigilants !

Le groupe « MMCJT1 » vous adresse ses meilleurs vœux pour l'année 2016 ! Bloavez Mad.


Le groupe "Moëlan, ma commune j’y tiens"  adresse à toutes les Moëlanaises, à tous les Moëlanais et à tous ceux qui suivent l’actualité de notre commune ses meilleurs vœux pour l’année n an après la constitution de notre liste et malgré le fait que nous n’ayons qu’un seul élu au conseil municipal, nous restons totalement investis, dans la vie de la commune et dans les combats menés pour le bien-être de sa population.  

Cette année 2015 commence bien sous le signe des résistances avec une première manifestation concernant le maintien de l’école publique et laïque à Kergroës. Le ton est donné, l’austérité n’est pas une fatalité et les contraintes budgétaires ne peuvent pas avoir raison de la qualité de l’enseignement donné à nos enfants.

De la même façon, nous attendons également que les Moëlanais fassent front contre, ce qu’il faut bien appeler, une appropriation du littoral, par l’affairisme. Ce dossier d’algoculture à Moëlan doit être remis en débat en incluant toutes les parties et en permettant une véritable expression démocratique de la population.

Très prochainement, la question des choix budgétaires sera à l’ordre du jour du conseil municipal, avec le DOB (Débat d’Orientation Budgétaire). Même si nous savons quelles sont les difficultés que la diminution des dotations de l’Etat fait subir aux finances de la commune, nous serons extrêmement attentifs aux priorités qui seront définies par la municipalité.

Enfin, nous continuerons à nous battre contre les transferts de compétences tendant à réduire le pouvoir des maires et des conseils municipaux tel que  veut nous l’imposer la réforme des collectivités territoriales .                                                                 Bonne annee

Dossier : Assainissement

Notre CR de la réunion sur l'assainissement du 25 janvier 2017 suivi de celui de la presse

Réunion publique du 25 janvier 2017 devant une centaine de personnes

Moëlan ma commune j’y tiens est représenté par son élu Pascal Bourc’his et de plusieurs de ses membres. Aucun élu des deux autres groupes d’opposition.

A la table sont présentes : 1 personne de Quimperlé communauté (adjoint environnement), M. Le maire et 3 élus (affaires sociales, les ports et travaux-assainissemen), 1 personne de IRH ingénieur conseil – 1 personne de la SAUR, La Directrice Générale des Services et le Directeur des services techniques.

Dans un premier temps, explication des aspects techniques du projet retenu :

(Présenté par IRH)

L’assainissement concernera 114 raccordements (habitations) au réseau collectif.

Obligation de protéger la rivière et tenir compte des terrains inaptes à un assainissement individuel : Merrien est placé dans le PLU de 2014 en zone d’assainissement collectif.

Un poste principal de refoulement est nécessaire sur la partie basse de Merrien  ainsi qu’un autre poste de moindre capacité, qui concernera  12 branchements,  sera néanmoins nécessaire sur le quai et 2 postes secondaires à Kercarn et chemin de Poull al lenn.

Plus tard, il serait possible de raccorder Chef du bois, St Thamec, La Villeneuve, Kergoter,  Kerampellan, Kerandoze, Kerangoff.

Une sécurisation du système est prévue (inquiétude majeure des riverains) et validée par la police des eaux : stockage de 2h de débit heure de pointe, bascule prévue en groupe électrogène, doublage des équipements (en cas d’anomalie, possibilité de bascule).

Le système pneumatique doit éviter les bouchages.

Trappes d’accès : Lorsque ce schéma a été présenté, des riverains et des usagers ont fait part de leur inquiétude concernant un risque de submersion. Cela a donc été pris en compte. Les trappes d’accès seront rehaussées de 50 cm.

Présentation de l’étude d’un deuxième scénario plan B:

Modifier l’emplacement du poste principal prévu sur le quai au bout de la rue de la digue mais cela nécessite l’achat d’une parcelle de terrain et d’ajouter 1 ou 2 petit poste.

Les travaux sur le site de Kerglien sont prévus : modification durable.

Nécessité de renouveler les canalisations d’eau potable : prise en charge par la commune de Moëlan avec une participation du syndicat de Riec.

Contrôle de l’arrivée des eaux pluviales : Dans les canalisations eaux usées, interdiction de faire arriver les eaux pluviales.

Profiter de ces travaux d’assainissement pour enfouir les réseaux (électrique et téléphone)

Coût selon l’option retenue:

Le premier scénario projet initial : 1 303 000€

Le second scénario entraînerait environ 100 000€ de coût supplémentaire.

Subventions : 40%

Planning des travaux : Pour fin janvier le scénario doit être choisi. Consultation des entreprises en avril –mai

Début des travaux : septembre.

Frais pour les propriétaires : Une taxe de raccordement de 775€ à la charge des propriétaires. Le raccordement  devra être effectué dans les 2 années suivant la mise en service. Pour les maisons neuves (uniquement) s’ajoute la PAQ (participation à l’assainissement collectif) de 600 à 2000€ en fonction de la taille de la maison.

A partir du jour de raccordement : Facture eau et assainissement : environ 7.86 le m3 (consommation moyenne de 60m3/an), Facture assainissement seul : 4.83€ /m3

Questions du public

            Pourquoi certaines zones ne sont pas dans ce schéma directeur d’assainissement collectif ?

Sur le PLU de 2014, en annexe plan de zonage des zones d’assainissement collectif et d’assainissement individuel. En fonction de la qualité des sols en particulier.

Pour changer cela, il faudrait une dérogation au PLU, cela serait beaucoup trop long.

De plus les subventions prévues par le département et l’agence de l’eau seront caduques si les travaux ne sont pas faits avant fin 2017.

            Pourquoi avoir choisi un système pneumatique ? Qui a été voir comment ça fonctionnait ? L’hydraulique aurait permis raccordement autres zones.

La mairie est allé observer le système à Sarzeau qui donne satisfaction.

Actuellement pas de système hydraulique suffisamment puissant vu les différences de dénivellation.

De plus possibilité de raccorder d’autres zones même en pneumatique.

            Le raccordement sur le pneumatique pourra se faire avec de l’hydraulique ? Capacité du système à supporter le raccordement de St Thamec, Kerampellan…(Question de MMCJTI1)

Réponse de l’IRH : oui pas de souci pour raccorder hydraulique sur pneumatique. Possibilité de monter à 25 m3

            Si raccordement du chemin Ponti, seules 2 maisons raccordées : coût élevé pour 2 maison plus risque de nuisances bruit et odeurs pour tous (d’autres maisons du chemin ne sont pas raccordées).

Réponse de l’IRH normalement peu de nuisances. Possibilité pour les autres maisons de se raccorder.

            Questionnement sur les différences de point de vue du SAGE et de la police des eaux et agence de l’eau sur les raisons de la pollution de la rivière. Question posée à la mairie, à l’IRH et à Quimperlé communauté.

Les travaux de Kerglien sont imposés par la DDTM police des eaux (critères et obligations).

Les partenaires de la mairie sont le SEA, SD29, DDTM police de l’eau et Agence de l’eau. Ils ont participé, validé et IMPOSER de traiter en priorité Merrien.

Il y a cohérence entre le plan de zonage et le PLU.

Dans le premier plan de l’IRH, chef du bois était intégré mais les partenaires (en particulier police des eaux et agence des eaux) ont imposé de le sortir du plan d’assainissement collectif. Car la priorité est donnée aujourd’hui à l’assainissement individuel qui coûte moins cher à tous.

Sur Chef du bois, on ne sait pas vraiment si les sols sont inaptes (ce qui est le cas à Merrien) : il y aura une batterie de tests à effectuer. Compétence Quimperlé-communauté.

Mais si on n’obéit pas à la priorisation de Merrien, on peut perdre les subventions.

Compétence Quimperlé-communauté ?

La compétence sera transférée en 2019 mais des diagnostics sont déjà lancés.

Si des travaux sont déjà lancés par les communes, les échéanciers seront retravaillés avec les communes.

Quimperlé communauté fera confiance à la police des eaux et ne mettra pas en place de projet absurde.

L’assainissement du bourg ?

Ces travaux ont été effectués avant d’entamer le programme Merrien. Plus de soucis au bourg

            MMCJTI1 revient sur le projet avorté avec Clohars, surtout en prévision de l’avenir (compétence communautaire). Rappel du refus du maire de Clohars déjà avec l’ancienne majorité, et du refus définitif depuis la nouvelle mandature.

Aucune nouvelle réponse n’est apportée quant à la responsabilité et aux raisons de l’échec de ce premier projet.

 Le responsable du service technique nous apprend que Clohars avait déjà calibré ses réseaux sans tenir compte de Moëlan.

Nous continuons de nous interroger sur ces non-dits, le double discours…concernant un sujet aussi important.

> source Le télégramme 27 janvier 2017 :  Assainissement. 100 personnes à la réunion

100 habitants des secteurs de Merrien-Kercarn et Chef-du-Bois ont participé à la réunion de présentation du projet d'assainissement, mercredi soir, à l'Ellipse. Les élus et techniciens d'IRH Ingénieur conseil et de la Saur ont répondu aux questions. À la réunion publique de l'automne dernier, les habitants de Merrien étaient venus nombreux exprimer leurs inquiétudes. Suite à leurs observations, le lieu d'implantation du poste principal de refoulement, prévu sur le quai, doit être déplacé rue de La Digue. Un poste de refoulement de moindre capacité (douze branchements) sera néanmoins nécessaire sur le quai (près de la cuve des huiles usagées). Cette nouvelle disposition implique l'achat d'une parcelle privée.

Le branchement coûte 775 €

Le réseau de collecte sera de 1.850 m, 114 branchements (habitations), un poste de refoulement pneumatique principal (débit de pointe 7,5 m³ par heure) et quatre postes de refoulement secondaires. Chaque propriétaire devra faire installer la canalisation entre ses installations sanitaires et la boîte de branchement, un ou des regards de visite intermédiaires, une ou des colonnes de ventilation et une pompe de relevage (pour les maisons en contrebas). Un mois avant le début des travaux, chaque propriétaire sera amené à dire où il souhaite voir installer la boîte de branchement. Seules les eaux usées doivent être raccordées au réseau. Le branchement coûte 775 €. Il sera fait dans les deux ans qui suivent la mise en service.

> Source OUest-France 27 janvier 2017 :

Reunion assainissement janvier 017 Reunion assainissement 2017


Notre réflexion : Assainissement de Merrien : Remous sur la commune.

S’il est bien un sujet qui nous interpelle, c’est bien celui de l’assainissement sur notre commune et en particulier des méandres qui président à sa mise en place.

De nombreux points restent enveloppés d’une certaine opacité : choix et coût du projet retenu, rejet du projet préalable de raccordement au réseau de Clohars, abandon de ce projet  sans avoir été ni transmis aux élus minoritaires membres de la commission, ni présenté, ni discuté dans la dite commission, nombre de foyers raccordés, etc. …

Tout cela fait partie d’un sujet plus global : Buse assainiseement

l’assainissement public sur la commune de Moëlan et la façon dont il est mené et donc, in fine, des deniers des Moëlanais.

Tout d’abord, un historique rapide concernant l’assainissement public sur la commune et notamment sur Merrien :

Avril 2012

Signature en date du 23 avril 2012, après avis favorable de la commission d’appel d’offres, d’un contrat pour la réalisation d’un schéma directeur des réseaux d’eaux pluviales et d’eaux usées avec la société IRH* Conseil de Ploemeur, pour un montant de 74086.37 €.

Mai 2012  Conseil municipal :

Joseph MAHE s’interroge sur le montant du contrat du schéma directeur des réseaux d’eaux usées et pluviales. Le Maire, de l’époque, indique qu’il y a le montant de base et les options…

Octobre 2013

Date figurant sur la page de garde du rapport IRH* concernant le raccordement du sud-est de la commune à Clohars  (ce document, qui a été envoyé à tous les élus, sur leur boîte mail, par un habitant de Merrien (cf. plus bas) n’a jamais été transmis, tout au moins, aux élus minoritaires membres de la commission et n’a donc fait l’objet d’aucun débat … : nous supposons qu’il s’agit là de la date de début de l’étude ?

Un entretien avec Jacques Juloux, maire de Clohars (cf. plus bas), confirme que Clohars a accepté d’attendre la fin de l’étude, soit un an environ, pour reprendre la mise en place de son propre schéma d’assainissement en incluant ou pas, la zone moëlanaise concernée par l’étude.

Mars 2014

Elections municipales, changement de majorité. Adoption du schéma d’assainissement collectif en fin d’année (octobre).

Septembre 2014

Remise du rapport final d’IRH « Eaux usées Moëlan-Clohars » le 23/09/2014 à la mairie de Moëlan (date figurant en page 2 du document transmis par un habitant de Merrien).

4 scénarios sont proposés pour un coût allant de 2 125 K€ à 3 420 K€, ce dernier scénario permettant le raccordement des 6 hameaux et villages … En tenant compte des résultats de son rapport, IRH affirme que « d’autres solutions sont difficilement envisageables ».

Autre élément important : ces travaux étaient subventionnables à 60% (!), ce qui est exceptionnel ; ceci car ils permettaient de protéger la zone ostréicole et conchylicole de Merrien.

En prenant l’exemple du scénario le plus couteux, mais raccordant le plus de foyers, on arrivait à un montant de subventions de 2 052 K€, et donc, un coût pour la commune de 1 368 K€. Eau du robinet

Soit à peu près le coût du projet présenté actuellement par la mairie (et élaboré par IRH !!!) … mais raccordant moins de foyers !

IMPORTANT : Entre-temps les élus minoritaires ont plusieurs fois interrogé le maire sur l’état d’avancement du projet de raccordement au réseau cloharsien.

Les réponses ont toujours été évasives :

  • Réseaux différents difficiles à raccorder
  • Projet coûteux
  • Difficultés de négociation avec Clohars sur des points précis, ... non précisés …

Le sujet n’a jamais été approfondi en commission !

Juin 2016

Remise d’un second rapport IRH sur les « Travaux de raccordement de la zone côtière sud-est au réseau d’assainissement », le 08/06/2016 à la mairie de Moëlan.

Septembre 2016

Réunion de la commission « Travaux, voirie, assainissement » : présentation de l’avant-projet « assainissement de Merrien ». Le projet de raccordement à Clohars est abandonné. Un nouveau projet est présenté par le même cabinet qui prônait d’autres solutions auparavant !!!!! Cette nouvelle étude n’a fait l’objet d’aucune information en commission …

Dans cette nouvelle étude, dont les membres de la commission n’ont pas eu connaissance avant de siéger … trois axes sont retenus, mais seulement un présenté, le 3ème, car moins onéreux et plus performant …

Ce projet sera présenté et voté au conseil municipal suivant.

Décembre 2016

Réunion d’info entre la mairie et MMCJTI1 le 15/12/2016.

Le sujet de l’abandon du projet de raccordement à Clohars est abordé, suite aux nombreuses manifestations de mécontentement d’usagers après le vote du nouveau projet d’assainissement du secteur de Merrien

(Interventions de riverains après conseils municipaux, courriers adressés aux élus, articles de presse …). Le maire évoque un « droit d’entrée » trop élevé exigé par la municipalité voisine.

19/12/2016 :

Notre élu rencontre Sébastien Miossec, président de l’agglomération du pays de Quimperlé et évoque ce sujet qui le concerne dans la mesure où la compétence assainissement sera transférée sous 2 ans à l’agglo. Intéressé, mais peu au courant du détail des « remous » à Moëlan, il met Pascal Bourc’his en lien avec Jacques Juloux, Maire de Clohars.

22/12/2016 :

Un mail est expédié par un habitant de Merrien à tous les élus, cosigné par 5 autres  personnes. En pièce jointe, le rapport d’IRH sur le raccordement « Clohars-Moëlan ». Rapport que les élus minoritaires n’ont jamais vu auparavant !!!!!

26/12/2016 :

Entretien téléphonique cordial entre Pascal Bourc’his et Jacques Juloux :

Ce dernier explique ne pas avoir vraiment compris le pourquoi du rejet du projet par Moëlan, indiquant qu’il en a pris acte et a continué à travailler sur la concrétisation du schéma d’assainissement cloharsien, avec un an de retard, mais ce, sans animosité. Il rectifie le terme de « droit d’entrée » et explique que les particuliers de Moëlan (comme la Loi l’exige) auraient eu, au total des montants de frais de raccordement, à verser 400 000 € à Clohars. Ce coût n’était en aucun cas à supporter par la municipalité moëlanaise. A la question de notre élu sur une éventuelle reprise du projet, la réponse est claire : Clohars a calibré son réseau et ses stations de relevage en prenant en compte uniquement ses hameaux et villages.

Les travaux commencent en janvier 2017 et donc, le raccordement du sud-est moëlanais ne peut plus se faire. Il propose de transmettre le rapport d’IRH à Pascal Bourc’his, ce qu’il n’a toujours pas fait malgré relance … ( ?)

Plusieurs questions se posent :

  • Pourquoi le projet de raccordement avec Clohars n’a-t-il pas fait l’objet d’un traitement en commission.
  • Pourquoi ce projet a-t-il été abandonné ? Amateurisme, vision à court terme de la majorité, jeu politique ?
  • Pourquoi le groupe « Vivre Ensemble à Moëlan » (PS, Morvan), à l’initiative du projet, ne l’a-t-il pas plus défendu ? Jeu politique, attitude de mauvais perdant ? Ce projet pourtant aurait été en mesure de satisfaire le plus grand nombre d’usagers au-delà des étiquettes politiques.
  • La DGS et le DST ont-ils joué leur rôle dans la continuité et la transmission des dossiers et ont-ils été écoutés ?
  • Qui a transmis ce dossier à un habitant de Merrien, alors qu’il n’avait pas été remis, semble-t-il, aux élus minoritaires ? Et pourquoi, dans la mesure où ce projet est, semble-t-il, aujourd’hui devenu obsolète ?
  • Et surtout, le bien-être commun et l’intérêt des usagers ont-ils été bien pris en compte ? Sans parler du volet financier : en effet, le projet actuel, rapporté au nombre de foyers et/ou d’habitants semble bien plus onéreux pour un nombre de satisfaits bien moindre …
  • Pourquoi, dans le compte-rendu du conseil municipal de novembre, le maire fait-il état de l’existence d’un Comité de Pilotage (COPIL) pour le projet de raccordement de Merrien au réseau d’assainissement, alors que cela n’a jamais été évoqué ni en commission, ni en conseil. De plus, le Maire a plusieurs fois démenti l’existence d’un tel COPIL … ?

AssainissementIl est clair que nous n’avons pas tous les éléments et que des zones d’ombre subsistent autour de ce dossier. Nous espérons qu’avant et pendant la réunion publique du 25 janvier prochain, nous aurons quelques éclaircissements et que l’intérêt général prévaudra avant tout.

Si tel n’était pas le cas, il serait peut-être souhaitable, puisque le transfert de compétences s’exercera dès 2019, de demander à la communauté de communes de faire un audit sur ce dossier.  

En conclusion : plusieurs vérités, ou présentées comme telles, sont avancées …

Notre question : Où se cache donc LA vérité ? La connaîtrons-nous un jour ? …

*IRH : Ingénierie des Ressources Humaines (Ingénieur conseil)

19 janvier 2017


 

Ajouter un commentaire
 

Date de dernière mise à jour : 27/01/2018