PRESSE

Marin1Marin2Marin3


 


 

Pêche. « L'enjeu de la privatisation des océans »

Jeudi soir, le Café économique de Pont-Aven a organisé un débat sur la pêche à Concarneau. Avec toutes les craintes sur l'évolution de ce secteur d'activité dans un contexte mondial de contrôle des océans et surtout de leurs ressources.
Nous soulevions et dénoncions ce sujet que vous pouvez relire dans le dossier ALGUESDe Jaurès à Bolloré : c’est bien de cela dont il est question, caché, en embuscade derrière le goémon...... prêt à faire main basse sur le domaine public maritime ....Pour les algues, oui peut-être, mais pas seulement, leur ambition va bien au-delà. Il s’agit du contrôle du littoral et nous ne sommes qu’au début du processus.....

Le télégramme du 16 octobre et à suivre le O.F. 

Café écopeche le telegramme 16 octobre

O.F. ecopeche

O.F. 21 août : Cultures marines: réaction de l'opposition

Pascal Bourc'his, élu de l'opposition, n'est pas satisfait par les modifications apportées au projet d'algoculture au large de Moëlan-sur-Mer (voir Ouest-France de lundi et d'hier). Sur le site de sa liste, Moëlan, ma commune, j'y tiens, il détaille les reproches qu'il fait au dossier: « Si ces changements répondent bien à certaines interrogations et demandes des différents acteurs concerné, certains points n'en demeurent pas moins inchangés. »

L'élu poursuit: « Le projet de l'entreprise Algolesko reste en l'état, aucune précision n'est apportée concernant le transport des algues et ses conséquences éventuelles, le nombre d'emploi créé n'est pas précisé, pas plus que le statut qu'auraient ses salariés. De plus le secteur d'activité n'est pas indiqué (cosmétique ou alimentaire), pas plus que les débouchés. Le secteur maritime concerné va impacter la pêche professionnelle ainsi que la plaisance sur la côte moëlannaise, deux facteurs économiques locaux importants. »

Le Télégramme du 20 Août

 

Algoculture. La position de la liste de gauche

 


Le conseiller municipal Pascal Bourc'his et ses colistiers de « Moëlan Ma Commune J'y Tiens », qui se présentaient aux dernières municipales, prennent position à leur tour sur le projet d'algoculture. Après avoir interrogé le maire, ils ont eu la confirmation que ce projet avait bien subi des modifications, comme l'indique un courrier du Préfet expédié récemment à la mairie (NDLR : nous en donnions le contenu dans Le Télégramme de samedi dernier). « Si ces changements », écrit Pascal Bourc'his, « répondent bien à certaines interrogations et demandes des différents acteurs concernés, certains points n'en demeurent pas moins inchangés : le projet de l'entreprise Algolesko reste en l'état, aucune précision n'est apportée concernant le transport des algues et ses conséquences éventuelles, le nombre d'emplois créés n'est pas précisé, pas plus que le statut qu'auraient ces salariés. De plus, le secteur d'activité n'est pas indiqué (cosmétique ou alimentaire), pas plus que les débouchés. » « Le secteur maritime concerné », poursuit-il, « va impacter la pêche professionnelle ainsi que la plaisance sur la côte moëlanaise, deux facteurs économiques locaux importants ». « Les modifications opérées », écrit-il encore, « ne satisferont pas les opposants au projet. Les porteurs de ce projet et ceux qui les soutiennent n'ont pas démontré leur sens des responsabilités et persévèrent malheureusement dans un projet nébuleux en pratiquant une forme "d'omerta"... »
 
Projet algolesko reponse prefectorale attendue cette semaine
 
 
 
Bamejyot, parcelles en vert sur la carte, abandonnerait sa parcelle la plus grande pour se concentrer sur celle de 37.5 ha. L'ensemble des parcelles restantes seraient reculées par rapport au littoral, selon un courrier du préfet aux associations de défense de l'environnement, du littoral et de la mer.

Copie de le telegramme 4 juillet 2

Presse numérique O.F. de ce soir 13 mai 2014

À Moëlan-sur-Mer. Vindicte contre le projet de production d’algues

Le maire, Marcel Le Pennec, a organisé, lundi soir, une réunion publique. Une vindicte s'est levée dans une salle qui rassemblait beaucoup d'opposants déjà connus au projet.

Le maire, Marcel Le Pennec, a organisé, lundi soir à l'Ellipse, une réunion publique sur le projet d'algoculture porté par Josick Thaëron, ostréiculteur à Riec-sur-Bélon. Celui-ci a constitué la société Algolesko avec Jakès Prat (cultivateur d'algues à Lesconil) et Philippe Legorjus (Vuelto, spécialisée en énergies renouvelables).

Leur projet commun s'étend sur cinq concessions, totalisant 300 ha. Échaudé lors d'une précédente réunion, le 22 avril, Josick Thaëron était absent, lundi soir.

De nouveau, une vindicte s'est élevée dans une salle qui rassemblait en grande majorité les opposants déjà connus au projet, tels que l'Apub (Association des pêcheurs plaisanciers et usagers de la rivière du Bélon, dont le siège est à Moëlan-sur-Mer) ou l'APPM (Association des pêcheurs-plaisanciers de Merrien), l'école de plongée de Brigneau. Et le maire, Marcel Le Pennec, océanographe biologiste retraité.

 

O.F. 4 avril 2014

Of 4 avril 2014

Télégramme 27 MARS 2014

T l gramme 27 mars 2014

OF et Télégramme 26 mars 2014

Of 26 mars 2014T l gramme 26 mars 2014

le télégramme 12 MARS 2014

télégramme 12 mars 2014

Le télégramme et Ouest France du 17 mars 2014

Élections. Comme un arrière-goût de 2008...

/ Jean-Jacques Baudet /T l gramme 17 mars 2014

 

Moëlan sera toujours Moëlan. Cinq listes, comme en 2008, se soumettront, dimanche prochain, au suffrage des électeurs, et la configuration de ce scrutin présente bien des points communs avec celle du précédent. Quant au suspense, il est au moins aussi intense...

Trois listes qui ne sont pas de gauche, une liste socialiste et une liste à la gauche de la gauche : c'est le même cas de figure qu'en 2008. Seul un candidat n'est plus là, Daniel Picol, mais à la gauche du PS (et de l'UDB, son alliée privilégiée) apparaît à nouveau une liste, conduite par un nouveau venu en politique, Pascal Bourc'his, soutenu par les élus communistes actuels. Et, comme en 2008, trois listes qui se disent « sans étiquette » mais qui sont tout sauf de gauche souhaitent déboulonner le maire sortant socialiste, Nicolas Morvan. La première est conduite par un autre nouveau venu, Marcel Le Pennec, qui a rallié à sa cause deux têtes de liste de 2008, Jo Mahé et Alain Joliff. La deuxième est menée par un élu d'opposition qui figurait sur la liste de Jo Mahé la dernière fois : Guy Le Bloa, militant de l'UDI. Et la troisième s'est constituée autour d'un autre élu d'opposition, Alain Brochard, qui menait lui aussi une liste en 2008, après avoir été écarté au dernier moment, au profit de Nicolas Morvan, de l'équipe socialiste qu'il conduisait initialement au combat.

Pas surprenant

Deux listes à gauche, ce n'est pas vraiment surprenant : il est plus que normal que le maire sortant souhaite se représenter ; et il est aussi plutôt logique que les communistes, passés dans l'opposition en cours de mandat, aient éprouvé l'envie d'affronter le maire sur sa gauche en participant activement à l'élaboration d'une liste alternative. De l'autre côté de l'échiquier politique, de nombreux contacts se sont noués depuis l'été dernier, mais les trois hommes en question avaient tous trop envie d'être tête de liste (ce qui n'est pas forcément un défaut), et l'union est apparue rapidement improbable. Pourquoi vouloir être à tout prix tête de liste ? Au mieux, bien sûr, pour devenir maire ; et au pire, pour être conseiller municipal d'opposition, ce qu'ils seront forcément si leur score n'est pas trop faible.

Une seule certitude

En tout cas, une seule certitude à une semaine du scrutin : il n'y a aucune certitude... Comme tous les maires, Nicolas Morvan présente évidemment un bilan et des projets, qu'on peut contester ou pas ; il s'est fait en cours de mandat des amis, mais aussi des ennemis, car son tempérament plutôt « entier » ne passe pas forcément très bien auprès de certains... Mais à quelques encablures du premier tour, il s'affirme confiant, d'autant que la dispersion des listes peut encore lui être favorable. Rappelons qu'il avait viré en tête du premier tour en 2008 surtout grâce au fait que les listes de Jo Mahé et d'Alain Joliff avaient obtenu des scores presque similaires ; sans parler du chiffre honorable qu'avait atteint la liste Brochard. Si l'une des listes d'opposition, dimanche, domine largement les autres, ce ne sera pas forcément le cas. Ceci dit, s'il n'est pas en tête au premier tour, Nicolas Morvan peut quand même l'emporter le dimanche suivant ; surtout si l'histoire se répète avec à nouveau trois ou quatre listes lors de ce second tour.

Nouveaux électeurs

En 2008, il fallait au moins 300 voix pour avoir le droit de se maintenir au second tour ; les cinq équipes en lice avaient dépassé ce plancher, et seul Alain Joliff avait renoncé. Dimanche, si la participation est comparable à celle de 2008, il faudra environ 500 voix pour bénéficier de ce droit, car il y a davantage d'électeurs. Les cinq listes atteindront-elles ce chiffre ? Et surtout que décideront-elles si c'est le cas ? Marcel Le Pennec et Guy Le Bloa l'affirment déjà : s'ils sont derrière l'autre, ils se retireront ; sans consigne de vote, précise le deuxième, tandis que le premier hésite encore. Pour sa part, s'il en a la possibilité, Alain Brochard (qui entre parenthèses vise beaucoup plus haut) se maintiendra sûrement, tant il se passionne pour la chose publique. Quant à Pascal Bourc'his, il affirme que ses colistiers se réuniront dès lundi pour arrêter leur position concernant le second tour. Et Nicolas Morvan, dans tout ça ? Déjà, difficile d'imaginer qu'il ne puisse pas atteindre les 10 % de suffrages exprimés qui permettent de se maintenir au second tour. La « prime au sortant » fait partie des incontournables en matière de politique locale. Il fait même le pari qu'il sera à nouveau en tête après le premier tour, comme en 2008. Mais cela suppose sans doute une nouvelle dispersion des suffrages entre les quatre autres candidats, sans qu'aucun ne domine réellement ; ou une nouvelle progression du vote socialiste dans la commune, qu'on a cru constater lors des dernières élections nationales (lire ci-dessous).

Vote « légitimiste » ?

En ce qui concerne le deuxième tour, Nicolas Morvan peut aussi parier sur un vote « légitimiste » à gauche. Rappelons qu'en 2008, malgré le maintien des listes Brochard et Picol, il avait gagné 10 % entre les deux tours, ce qui signifie qu'une partie des électeurs de ces deux listes avait choisi de voter « utile » au deuxième. Heureusement pour le socialiste, car à droite, le report de voix avait été presque parfait. Le paysage politique de Moëlan, on le voit, reste très complexe... et très observé par l'ensemble du pays quimperlois : personne n'oublie que le maire sortant est aussi le président de la Cocopaq. Et Marcel Le Pennec, par exemple, annonce que s'il devient maire, il présentera sa candidature à cette présidence de l'intercommunalité. Le choix des électeurs de Moëlan dépasse donc largement le cadre strictement local.

 

 

Cocopaq position des candidats

OF 18 février 2014

Of

OF 17 février 2014

Of

Menée par Pascal Bourc’his, la Liste de Gauche  Moëlan Ma commune j’y tiens s’est réunie et a finalisé la liste,  et le programme. Celui-ci sortira courant février, les éléments étant consultables dès à présent sur notre site. Nous continuons de recevoir les associations,  les personnes qui veulent échanger avec nous. 

T

OF 13 01 2014
Télégramme 13 04 2014
OF
Ajouter un commentaire
 

Date de dernière mise à jour : 18/01/2018